weepil invente le co-covoiturage : le covoiturage avec plusieurs véhicules tractés !

co-covoiturage-logo_modifié-1Toujours plus loin dans la consommation collaborative, telle pourrait être la devise de weepil. Spécialiste du covoiturage domicile-travail, la start-up cherchait depuis longtemps un produit qui permettrait d’augmenter encore les bénéfices du covoiturage. C’est chose faite avec le co-covoiturage : le covoiturage à plusieurs véhicules tractés. Le principe est simple : une voiture remplie de 4 covoitureurs tracte une seconde en roue libre, qui elle-même en tracte une troisième et ainsi de suite. Une façon efficace de continuer à diviser les frais d’essence et à partager la route avec toujours plus de convivialité…

 
À l’origine, une panne (mais…pas une panne d’inspiration !)

une dépanneuse à l’origine de l’idéeMichel Jacobin, l’un des trois associés weepil, raconte comment une bête panne d’essence s’est transformée en l’idée du siècle. Voyant sa voiture remorquée par une dépanneuse, l’ingénieur de métier réalise qu’à quatre covoitureurs dans la voiture HS et à deux covoitureurs dans la dépanneuse, on passe à six covoitureurs en tout. Sachant qu’habituellement les citadines permettent au maximum d’atteindre cinq passagers, il y voit une opportunité d’agrandir les possibilités de covoiturage, et ce, de façon exponentielle. En tractant plusieurs voitures, on peut augmenter quasiment sans limites le nombre de covoitureurs !

 

Pourquoi une énième appli alors qu’un câble suffit ?

Michel Jacobin et Philippe Arzur, associés weepil.fr et papas du co-covoiturage !Dans la même période, l’équipe réfléchissait au lancement d’une nouvelle application qui permettrait à des covoitureurs célibataires, végétariens, et travaillant dans la même zone, de se trouver entre eux. Mais après étude de marché, les associés découvrent qu’il s’agit là d’une niche qu’ils supposent au final peu porteuse. L’idée du covoiturage à plusieurs voitures revient sur le tapis. Et si la réponse n’était pas dans le covoiturage 2.0, mais dans une simple chaîne de remorquage ? Un test est organisé sur le périphérique nantais : 19 véhicules se tractant les uns les autres sont reliés à la Kangoo de Michel et ses associés. Ils arriveront tous à bon port, malgré il est vrai, quelques ralentissements occasionnés. Mais comme remarque Philippe, co-fondateur weepil : « un bouchon de plus ou de moins, ce n’est pas ça qui va changer la face de la route de Rennes. Par contre, moins de CO2 et 20 voitures remplies de passagers, ça c’est top pour la planète ! ».

 

Un nom très coco-rico !

Vue d’une voiture en train de co-covoiturer : les covoitureurs peuvent se faire coucou d’un véhicule à l’autre pour encore plus de convivialité !Restait à trouver un nom qui exprimerait tout le potentiel de ce covoiturage démultiplié. Le préfixe « co » est souvent incontournable. Le lancement étant prévu pour le 1er avril, à quelques jours de Pâques, le nom est tout trouvé : le co-covoiturage sera le service exclusif weepil permettant de rouler vraiment à plusieurs !

 

 
Un outil en ligne pour organiser les trajets

l’outil de planification weepil.fr actuellement ouvert gratuitement à tous les covoitureurs réguliers pour organiser leurs trajets est en train d’être adapté au co-covoiturageLa spécificité de weepil est de proposer un outil de planification en ligne pour organiser les tours de conduite et les comptes entre covoitureurs réguliers. Le site est donc actuellement en chantier pour permettre à ce nouveau service d’en bénéficier. Michel explique : « la voiture qui tracte les autres changera toutes les semaines. Les covoitureurs pourront très simplement retrouver en un coup d’œil à partir de quel véhicule ils peuvent se faire remorquer le lundi pour repartir au travail. Finis les pétages de câbles – c’est le cas de le dire – pour savoir qui conduit ! ».

 

Demain : le co-covoiturage pour tous les moyens de transport ?

l’équipe planche actuellement sur l’extension du service aux voiturettes de golf. Une bonne façon d’amener du collectif même dans les sports individuels !Naturellement, on imagine bien les déclinaisons possibles sur tous les moyens de transports. Par exemple, des bus se tractant entre eux pour augmenter leur capacité de transport ! Philippe spécule, tout en gardant la tête sur les épaules : « évidemment, nous savons que cela prendra du temps, il faut que l’idée s’installe durablement dans les esprits. Mais nous n’excluons pas d’étendre le système aux camions et aux motos ».

 

 

 

 

 
Appels à témoin

La start-up manque encore de retours d’expérience sur le co-covoiturage. Si vous avez testé et souhaitez faire part de vos appréciations sur cette nouvelle façon de voyager, rendez-vous dans les commentaires ou directement sur notre compte Twitter : @weepil_fr

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *