Test-profilage : ce collègue est-il un potentiel bon covoitureur ?

profil-covoitureurVous êtes décidé : en 2015, vous ne roulerez plus jamais seul !
Et on vous dit BRA-VO. C’est grâce à des gens comme vous qu’on pourra peut-être éviter d’avoir à se trouver dare-dare une planète de rechange ! Au passage, vous verrez aussi qu’à la fin de l’année, vous aurez de quoi faire deux trois voire dix cadeaux en plus, avec vos économies. Mais vous le savez déjà et le propos n’est pas là. Non, votre problème maintenant, c’est de décider avec qui covoiturer. Vous savez que Jean-Bernard habite à deux pas de chez vous, mais sera-t-il pour autant un bon compagnon de route ? Chez weepil, on a à cœur de vous aider à covoiturer sereinement… Alors on vous a concocté ce petit test de profilage pour savoir si ce collègue est le bon, et si vous allez former une équipe d’enfer au sens propre ou figuré.Question 1 : Parlons de vos rapports avec ce collègue… Quand vous le croisez le matin, vous vous dites :

  1. Bah dis donc, c’est pas lui qui a inventé l’effet Axe.
  2. Faut que je lui raconte la dernière.
  3. Vous n’avez pas le loisir de penser, il parle, sifflote et occupe toute la place.

Question 2 : Plongez-vous dans vos souvenirs. Vous vous rappelez très bien de lui quand…

  1. Il vous a balancé au boss parce que vous aviez pété la photocopieuse.
  2. Vous avez ri comme des baleines à la dernière réunion.
  3. Il a organisé une soirée karaoké alors que personne ne lui demandait rien.

Question 3 : Il vous a déjà dit…

  1. Bon après midi ! Quand vous partiez à 18h00.
  2. Tu veux que je te ramène un sandwich ? Quand vous étiez charrette.
  3. Taataaaa Yoyo qu’est-ce qui y a sous ton grand chapeau ? Quand vous avez mis un bonnet.

Question 4 : Vous avez une petite idée de la façon dont il conduit. C’est le genre…

  1. À perdre son permis en un trajet à la boulangerie.
  2. À s’arrêter pour laisser passer un petit hérisson.
  3. À oublier la sortie de l’autoroute tout concentré qu’il est sur le dernier sketch de Rire et Chansons.

Question 5 : si vous aviez un adjectif pour le décrire…

  1. Relou.
  2. Unique.
  3. Foufou.

Question 6 : si vous deviez vous retrouver sur une île déserte avec lui…

  1. Vous repartiriez à la nage.
  2. Vous trinqueriez avec des noix de coco et visiteriez un peu avant de chercher de l’aide.
  3. Vous le regarderiez tenter de dresser des lémuriens.

 

Un maximum de A : Vous le faites exprès ?

feu-rougeOn veut bien vous aider. Mais franchement… Si vous n’avez même coché qu’une seule des réponses A, vous n’allez pas nous dire que vous avez besoin d’un test pour voir que ce collègue n’est qu’un parasite de première catégorie ! FUYEZ ! Le covoiturage c’est fait pour remplir sa tirelire, mais aussi pour rendre les trajets plus sympas. Avec un gus pareil, vous serez en burn-out avant même d’avoir commencé votre journée.

 

Un maximum de B : vous le faites exprès 2 ?

feu-vertVous, vous êtes du genre à vous poser la question d’accepter quand on vous propose une prime de 10K… En effet, on dirait bien que vous adoorrrrez ce collègue. Alors quoi ? Qu’attendez-vous pour covoiturer avec lui ? Qu’il vous négocie en plus une augmentation et un séminaire à Nouméa ? C’est le profil parfait. Vous vous entendez bien et en plus vous allez économiser du CO2 et des euros. Vous êtes verni et visiblement lui aussi. FONCEZ ! (Mais attention aux hérissons).

Un maximum de C : on comprend que vous vous soyez posé la question.

feu-orangeOui, c’est vrai que ce collègue pratique l’enthousiasme version Forfait Passion. Que ces bavardages et rires hystériques peuvent refroidir le salarié adepte du décaféiné que vous êtes. Qu’on le voit partout, tout le temps, alors pourquoi l’avoir en plus dans votre voiture ? Et bien, on tranche pour vous : non, ce n’est pas un motif de recalage au covoiturage. D’abord, parce que, souvent, on connaît mal ses collègues… qui peuvent jouer des rôles de 9h à 18h et reprendre des visages humains, passée la porte de l’entreprise. Ensuite, parce qu’il vaut mieux un énergumène un peu déjanté qu’un détracteur en série qui va vous plomber le moral au bout de trois feux rouges. Et puis, quoi, vous risquez quoi en testant ? Sautez le pas, et si vraiment Jean-Bernard vous apporte plus de migraines que de bons moments, vous pourrez toujours lui dire que finalement… Marie-Madeleine, Claude et Gustave habite encore plus près de chez vous (oui, vous êtes voisins-mitoyens et vous ne le saviez pas !).

Crédit photo : Freepik

1 Commentaire

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *