Sur la route du 4L Trophy avec Quentin et Nicolas !

logo-4ltrophyChez weepil, on aime bien les 4L et les jeunes gens qui ont le goût de l’aventure. Et si en plus, ils covoiturent, là, on est carrément fans. C’est pourquoi nous avons décidé de soutenir le projet de Quentin et Nicolas qui embarquent cette semaine pour le 4L Trophy. Un rallye étudiant dans le désert marocain, à double vocation. La première est personnelle : se tester et se dépasser dans une épreuve d’orientation en 4L. La seconde, humanitaire : apporter des fournitures scolaires, médicales et sportives aux enfants du sud marocain. Le départ a lieu aujourd’hui de Biarritz. Nous tenions à vous présenter ce joli projet auquel weepil est fier de s’associer !

 

equipe-N4LPR-4L-TrophyNicolas et Quentin en pleine préparation du 4L Trophy

 

Quentin, Nicolas, racontez-nous ! Comment est né votre projet ?

Quentin : c’est tout d’abord une histoire d’amitié. On est amis depuis tout petits ! Un jour, on était coincé dans les bouchons entre Nantes et Rennes (NDLR : c’est pas nous qui le disons, vous noterez), et on regardait des vidéos du 4L Trophy. Un de nos amis l’avait fait… Et là, on s’est dit « pourquoi pas nous » ? Alors on a créé notre association : la N4LPR, un nom très proche et donc « hommage » au NLPR, notre club de rink hockey, un sport que nous adorons mais que peu connaissent !

Nicolas : on aimait bien l’idée de se lancer dans une aventure. Là c’est un peu le Paris-Dakar des étudiants ! On découvre aussi un pays autrement qu’à travers un simple voyage… Et puis, le côté humanitaire colle bien à nos aspirations personnelles.

4Ltrophy-voiture-N4LPR

Justement, en quoi consiste concrètement l’aide que vous apportez ?

Nicolas : nous apportons des fournitures qui sont ensuite redistribuées par l’association Enfants du Désert. Ainsi que des denrées alimentaires, avec la Croix-Rouge.

Quentin : nous avons collecté un budget de 8000€, une partie est dédiée à ces dons.

Comment avez-vous réuni cette somme ?

Quentin : de deux façons. D’abord en faisant appel à des sponsors auxquels nous proposions des encarts publicitaires sur la voiture. C’est comme ça que weepil est devenu notre partenaire. Ensuite, en nous levant très tôt pour faire les marchés et vendre du thé à la menthe, ou de petits objets…

Nicolas : nous proposions notamment des cartes postales que les passants pouvaient acheter, écrire et nous laisser ensuite pour que nous les postions de leur part à la personne de leur choix, depuis le Maroc. Cette idée a bien fonctionné, les gens aimaient bien le fait de faire une surprise à leurs proches.

Nicolas-preparation-4L-trophyNicolas, au marché pour financer le projet !

Vous aviez déjà la 4L ?

Quentin : non, et rien que ça, ça a été toute une aventure, déjà ! On a commencé par acheter une première voiture, mais les travaux de réparation étaient bien trop importants. Nous l’avons donc revendue, puis nous avons trouvé une seconde 4L, mais là encore l’investissement pour la remettre d’aplomb était trop lourd. Au final, nous avons acheté une troisième voiture, et nous avons « mixé » ces deux véhicules pour prendre ce qui marchait sur l’un, le mettre sur l’autre…

Nicolas : c’est d’autant plus drôle que nous étudions tous les deux dans le domaine de la mécanique. Quentin est à l’INSA de Rennes, moi je fais un BTS Industrialisation des Produits Mécaniques à Nantes. Nous avions donc la théorie… Mais la pratique un peu moins. Peu importe, on a appris et complété nos connaissances, et on a une belle 4L qui roule !

Preparation-voiture-4L-trophy

Poncer la rouille à la perceuse, même pas peur…

Vous partez donc aujourd’hui et revenez le 1er mars… Rassurez-nous, vous avez prévenu vos écoles ou vous séchez en toute impunité ?

Nicolas : non, tout est en règle ! Moi j’ai demandé une autorisation à mon établissement, ainsi qu’à l’entreprise où je fais mon apprentissage. J’ai pris un congé sans solde, le jeu en vaut la chandelle !

Quentin : de mon côté, l’INSA est rompue à ce type de projets, il y a déjà eu beaucoup d’étudiants qui y ont participé. L’école m’a laissé partir sans problème !

Finalement, vous allez covoiturer pendant presque 10 jours du soir au matin et du matin au soir. C’est un challenge en soi… Vaudrait mieux que vous vous entendiez bien…

Quentin : alors là, aucun soucis ! On est ami depuis longtemps. Je crois qu’on ne va pas s’ennuyer…

Nicolas : nous sommes par ailleurs de fervents covoitureurs, principalement pour naviguer le week-end de l’école au domicile de nos parents, mais aussi voyager. Le covoiturage, ça arrange tout le monde : le conducteur, les passagers, ça fait longtemps que c’est une habitude pour nous.

Vous pensez gagner ?

Nicolas : on va tout faire pour, mais on sera quand même 2200 étudiants sur le départ ! Le but est de faire le moins de kilomètres possible. Ce n’est pas une course de vitesse, mais d’orientation.

Quentin : nous prenons aujourd’hui le départ depuis Biarritz, avons deux jours pour traverser l’Espagne, et nous recevrons le road book à Tanger, c’est là qu’il va falloir cogiter et y aller !

Toute l’équipe weepil souhaite bonne chance à Nicolas et Quentin. Qu’ils reviennent nourris de cette belle aventure, et surtout qu’ils profitent bien de la fête à la fin… (Mais ça, on n’en doute pas).

Pour suivre leur road trip :

https://www.facebook.com/pages/N4LPR/395902183872547?fref=ts

logo-N4LPR

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *