Semaine européenne de la mobilité – Un outil innovant d’organisation au service du covoiturage régulier !

À l’occasion de la semaine européenne de la mobilité, on a eu envie de vous parler de notre vision du « bouger autrement ». weepil s’investit tous les jours pour que le covoiturage régulier se développe et que les conducteurs solo changent leur façon d’appréhender les trajets domicile-travail ! Michel Jacobin, créateur et dirigeant associé de weepil, prend la parole le temps d’une petite interview !

Photo choisieMichel JACOBIN et Philippe ARZUR, co-fondateurs de weepil

C’est la semaine européenne de la mobilité, peux-tu nous dire pourquoi pour toi, c’est important de réfléchir au « bouger autrement » ?

Cet événement est essentiel. Tout le monde sait aujourd’hui qu’il faut faire attention à notre planète et commencer à changer ses habitudes… Mais concrètement, il reste du travail pour que chacun s’y mette vraiment. Vélo, transports en commun, covoiturage : tout le monde connaît, mais encore trop peu de personnes adoptent ces réflexes au quotidien. La semaine européenne de la mobilité, c’est une piqûre de rappel indispensable.

On a beaucoup parlé de covoiturage cet été et en cette rentrée. Alors, ça y est, c’est rentré dans les mœurs selon toi ?

Oui et non. Le covoiturage occasionnel, celui des grandes distances, se développe en effet beaucoup. Par contre, le covoiturage régulier, notamment pour les trajets domicile-travail reste encore trop rare ! 95% des Français se disent concernés par les questions environnementales, mais dans les faits, on constate que le taux d’occupation des voitures au quotidien n’est que de 1,07… On peut faire beaucoup mieux, d’autant qu’au-delà de l’intérêt écologique de la pratique, se pose la question de l’engorgement croissant et inquiétant des grandes agglomérations…

Toi-même tu covoitures ?

Oui ! Depuis 1998, tous les jours de Nantes à Rennes. Et c’est d’ailleurs à travers ma propre expérience que j’ai réalisé les difficultés que les gens pouvaient rencontrer pour covoiturer tous les jours…

C’est-à-dire ?

Avec mes collègues-covoitureurs, on était en permanence à se demander qui devait un tour de conduite aux autres, qui devait conduire quand l’un d’entre nous était en congés, qui devait quoi à qui… Bref, un casse-tête permanent. Et je crois que tout est là : la difficulté dans le covoiturage au quotidien n’est pas tellement de trouver des collègues covoitureurs, mais d’arriver à s’organiser dans le temps. Sans prise de tête de plannings, ni calculs savants en frais d’essence, sinon les gens se lassent… Cela devient trop compliqué et on arrête. C’est pour cela que l’on a créé weepil.

Et justement, alors, en quoi weepil est au service du « bouger autrement » ?

C’est un site gratuit, qui propose un outil de gestion du covoiturage régulier et qui vient donc en complément de ce que proposent nos confrères dans le domaine du covoiturage occasionnel, plutôt concentrés sur la mise en relation de covoitureurs. Les gens peuvent créer leur groupe de covoiturage, indiquer leurs préférences de conduite – par exemple « je ne travaille pas le mercredi » ou « je ne peux covoiturer que le lundi et le jeudi » – et weepil leur propose un planning qui alterne les tours de conduite et tient à jour la comptabilité des tours dus. Cela leur permet d’être sûrs que leur organisation est équitable pour tous les covoitureurs, et donc de gagner en sérénité !

planningOK copie

 

Qu’est-ce qui est prévu chez weepil à l’occasion de cette semaine ?

Beaucoup de rendez-vous prévus dans des entreprises pour les sensibiliser à l’intérêt du covoiturage régulier. C’est un pan indispensable aujourd’hui d’une bonne politique RSE !

Pour toi, les entreprises ont un rôle à jouer dans le développement du covoiturage régulier ?

Oui clairement. Elles peuvent donner l’impulsion à leurs salariés. Après, le problème que je constate, c’est que beaucoup tentent des actions, développent des applications de covoiturage, mais que concrètement, leurs salariés ne pérennisent pas forcément la pratique. Je crois que cela tient beaucoup au fait que l’organisation sur le long terme du covoiturage reste trop complexe pour les gens. Et j’ai espoir qu’un outil comme weepil puisse aider à inverser la tendance !

Ton conseil pour bien covoiturer tous les jours ?

Tout d’abord, comme je le disais, il faut que l’organisation soit équitable. Si l’un des covoitureurs se sent lésé parce qu’il a l’impression de trop conduire par rapport aux autres, cela part mal ! Donc, j’invite tout le monde à s’inscrire sur weepil.fr et à essayer notre outil de gestion : c’est gratuit !

Ensuite, mon conseil, c’est de respecter l’intimité des covoitureurs pendant le trajet. On n’est pas tous obligés de parler pendant une heure ! Certains profiteront d’être passager pour finir un boulot, d’autres pour dormir. C’est là tout l’intérêt pour moi, le trajet partagé peut être un moment d’échange convivial, mais aussi un moment de liberté !

Qu’est-ce qu’il faudrait dire aux gens pour qu’ils covoiturent plus ?

Personnellement, je dirais, au-delà des incontournables arguments économiques et environnementaux, que c’est un moyen d’appréhender plus sereinement ses déplacements au quotidien. Vous vivez mieux les éventuels embouteillages, vous décompressez en discutant avec vos collègues, vous gérez mieux votre fatigue, et puis quand on conduit, on se sent responsable d’autres personnes, cela aide beaucoup à être vigilant sur la route… On évite les excès de vitesse par exemple !

Pour finir, tu es patron d’une start-up de covoiturage, c’est donc un peu ta fête toute cette semaine… Quel est ton vœu le plus cher ?

Très modestement, et à son niveau, j’aimerais que weepil puisse vraiment contribuer à développer le covoiturage régulier et à prendre soin de notre planète !

Envie d’en savoir plus ? On vous conseille un petit visionnage de notre présentation !

Crédits photo : weepil

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *