Reconnaître un fayot en 8 phrases

Les-fayots-au-boulotOn les déteste, mais ils nous fascinent. Autant d’abnégation, de don de soi pour un simple titre permanent d’employé du mois, ça force le respect autant que les pulsions meurtrières, et c’est là tout leur génie. Pourquoi font-ils cela ? Sans doute une réminiscence de l’enfance avec l’envie d’être le ou la préféré(e) de papa et maman. Ou une ambition débordante option handicap social, parce qu’il faut bien une ou deux névroses dans le tiroir pour faire de son boss un gourou tout-puissant, et faire totalement fi des réactions de ses collègues face au dévouement outrancier qu’on lui sert chaque jour. Alors, pour le plaisir, parce qu’au fond, il faut le dire, ils nous font bien rire, voici le best of de la verve quotidienne des fayots professionnels.

Source gif : www.simpsonsworld.com

 

« Le seul reproche que j’ai à faire sur ce séminaire, c’est que c’était trop court ! »

phrase-de-fayotSource gif : www.reddit.com

Le séminaire tombe pourtant chaque année un week-end. Vous, quidam du bureau, vous en faites des cauchemars trois semaines avant, vous demandant bêtement si vous allez survivre à ces parties de bowling et soirées dansantes après vos cinq jours dans les pattes. Mais pour le fayot, c’est tout l’inverse. Surexcité comme un gosse à l’approche de Noël, il va jusqu’à souffler des idées d’activités supplémentaires au boss. Applaudit à tout va au discours d’ouverture. Et verse sa petite larme à la fin de la colonie de vacances. Comptez sur lui également pour les 250 photos souvenirs, et surtout pour vous fusiller du regard s’il juge votre enthousiasme un peu faible au regard de cette « chance » qui s’offre à vous.

« Arrêtez de le critiquer, j’aimerais bien vous voir à sa place ! »

fayot-au-boulotSource gif : totalfilm.tumblr.com

Oui, le fayot est un peu le justicier des causes perdues. Enfin, des causes perdues placées haut dans la hiérarchie. Le stagiaire au bord du burn-out, ça, il n’en a que faire. Par contre, amusez-vous à baver sur Duboss et il sortira l’artillerie lourde. Son arme fatale ? Conserver au chaud dans sa mémoire vos pamphlets anti-boss pour son petit compte-rendu au patron du vendredi soir, quand l’open space est désert…

 

« Oui c’était bien les vacances, mais j’avais hâte de revenir ! »

leche-bottes-travailSource gif : www.reddit.com

Le fayot s’ennuie en vacances. Réjouissez-vous : il présente au moins cet avantage d’en prendre peu, et de laisser volontiers les ponts et autre semaine de Noël aux collègues, c’est déjà ça.

 

« Et si on faisait une surprise au chef pour son annif ? »

leche-cul-travailSource gif : www.reactiongifs.com

Le fayot connaît tout du chef : sa date d’anniversaire évidemment, mais aussi celui de ses enfants, le jour de sa fête, voire le nom de son chat (et donc le jour de la fête du chat). Naturellement, il se fendra d’un mail ou sms pour un HB personnalisé à Duboss. Mais plus encore : il tentera de vous embarquer chaque année dans une petite surprise à son bien-aimé. Vous, vous aurez toujours du mal à lâcher 5€ pour la cagnotte, rapport que vous trouvez ça bizarre d’alléger votre SMIC pour quelqu’un qui, a priori, n’en a pas besoin. Mais vous n’aurez pas le choix (tant pis vous ne mettrez rien pour le cadeau de naissance de la fille de la compta).

 

« Tu trouves pas que le chef c’est un peu notre papa à tous ? »

Phrase-leche-culSource gif : thempress.tumblr.com

Le fayot a besoin d’affection, sinon il ne serait pas fayot. Et sans avoir inventé la poudre psychanalytique, il voit en Duboss un papa de l’âge adulte. Soit.

« Je sais que je travaille trop, mais c’est plus fort que moi. »

fayot-professionnelSource gif : imgur.com

Addict au travail… À la limite vous pourriez trouver cela utile (ça en fait moins pour les autres). Le problème du fayot réside cependant dans un manque d’efficacité chronique qui annihile tout l’intérêt de ses débordements horaires. Trop occupé à bien se faire voir par le boss, il concentre ses efforts sur ce qui est visible, stratégique, et n’est pas forcément un foudre de guerre sur les tâches qui lui incombent réellement. Le versant encore plus sombre du workaholisme en somme : toujours là, mais à quoi faire ? On ne sait pas.

« Si vous avez besoin d’un témoignage contre le stagiaire pour votre procès aux Prud’hommes, n’hésitez pas ».

vie-de-bureau-fayotSource gif : suckourclitbitch.tumblr.com

Alors que la plupart des salariés prennent grand soin de ne pas se mêler des affaires sociales du boss, pensant tout simplement qu’ils n’ont pas toutes les billes pour juger qui que ce soit dans la boîte, le fayot, lui, n’hésite pas à se mouiller. Il soutiendra Chef quoiqu’il se passe, et après tout, peut-être qu’il en faut bien un ou deux comme ça, pour que Duboss se sente moins seul.

 

« Chef, je crois que Géraldine est enceinte, mais chut je vous ai rien dit ».

collègue-travailSource gif : www.buzzfeed.com

Ne dites jamais rien à un fayot. JAMAIS. Rasez les murs, déjeunez à l’extérieur quand il est là, changez votre mot de passe de messagerie toutes les semaines. Le fayot aime les ragots qui nourrissent sa relation exclusive au chef. Big Brother is watching you.

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *