Que faire au bureau quand on n’a rien à faire ?

ennui-au-boulotAlors, on ne parle pas du terrible phénomène de bore-out, c’est-à-dire qu’on n’a jamais jamais jamais rien à faire. Là, à part quitter le navire dare-dare, il n’y a malheureusement pas de stratégie viable. Non, parlons plutôt de ces petites journées navrantes qui vous obligent à être au bureau alors que vous n’avez pas de boulot. Comme un jour de pont par exemple. Vous avez été sacrifié, au profit de Jean-Michel et Vanessa, loi de l’équité Rttienne oblige. Et vous êtes là, à 9h pétantes, à checker votre Facebook pour la troisième fois déjà. La journée va être longue… Ou pas.

Source gif : http://mongonga.tumblr.com/post/37879538136

1 – Aller faire un tour dans le serveur commun

espion-travailSource gif : www.reddit.com

Il est toujours intéressant de regarder vraiment comment ses collègues bossent. Histoire de se situer. De pêcher de bonnes idées (Tiens machin fait ses présentations comme ça, pas mal) ou de trouver de superbes casseroles (Mais il sait pas écrire le N+3 ! Un élève de CE1 ferait moins de fautes !).

Temps passé : deux bonnes heures de promenade et de découvertes.

Potentiel de divertissement : ++ (l’idée de dégoter une perle va vous tenir en haleine toute la matinée).

Échelle morale : limite, mais après tout, ces fichiers sont dans le serveur commun.

Rentabilité : + à ++++, tout dépend de ce que vous trouvez, mais certaines découvertes sont de vrais joyaux à garder sous le coude et à dégainer le moment venu.

2 – S’intéresser (vraiment) à la passion du patron

parler-hobby-au-boulotSource gif : cbs.com/corden

Votre boss est passionné de cheval, curling, pâté aux noix ? Vous le savez parce qu’il vous épargne rarement les détails de sa marotte lors de vos pauses café. Le problème jusqu’à présent, c’est que vous n’en aviez rien à secouer et n’aviez donc rien à répondre pour rester dans ses petits papiers. Mettez fin à cette lacune immédiatement. Google étant votre ami, vous ferez une ou deux recherches en prenant soin de relever quelques informations techniques. Que vous lui servirez à son retour sur un plateau, le bluffant au passage grâce à votre immense culture générale.

Temps passé : un quart d’heure, vous ne faites pas un exposé, vous êtes juste là pour la jouer stratégique.

Potentiel de divertissement : très faible, mais l’intérêt de la démarche devrait suffire à vous motiver.

Échelle morale : bonne, rien ne prouve que c’est pour fayotter.

Rentabilité : ++++, mais faites gaffe quand même de rester finaud. Il peut être amateur de féria sans avoir toute la collec’ de Patrick Sébastien.

Faire le tour de la concurrence

veille-concurrentielleSource gif : http://purveyor-of-sin.tumblr.com/

Les concurrents dans une entreprise, tout le monde les connaît… du moins en surface. La vérité, c’est que personne n’a vraiment le temps de tenir à jour une veille concurrentielle. Mais, vous, aujourd’hui, si. C’est parti pour le tour des sites web, Facebook, Twitter, zieutage de mouvements internes sur Linkedin… Vous compilerez tout ça au propre et vous paierez le luxe d’un mail collectif pour partager le fruit de vos efforts.

Temps passé : la journée si vous voulez vraiment faire les choses bien.

Potentiel de divertissement : très moyen, vous êtes quand même en train de vous infliger un boulot que personne ne vous a demandé…

Échelle morale : top, vous rendez service à votre boîte.

Rentabilité : ++, on appréciera que vous n’ayez pas passé la journée à glandouiller.

4 – Faire des calculs

statistiques-entrepriseSource gif : www.thefilmagazine.com

Rien ne vaut les chiffres pour se faire une idée précise d’une entreprise. Le problème cependant, c’est qu’ils sont rarement disponibles. Alors, lancez-vous dans une petite partie de statistiques. Vous pouvez par exemple consulter l’historique des organigrammes et calculer une approche du taux de turnover (il vous semblait bien que tous les six mois il y avait de nouvelles têtes à la cantine). Ou encore constater en moyenne le temps que met un N+1 à passer N+2. Si ce sont les finances qui vous intéressent, dégotez le bilan, regardez de plus près le logiciel de compta, ou tout simplement passez une tête sur société.com…

Temps passé : une petite heure (n’allez pas vous épuiser, tout cela est quand même très rébarbatif).

Potentiel de divertissement : + (vous risquez bien de conforter vos impressions, mais il y a de fortes chances pour qu’aucun Panama Papers n’éclate suite à vos recherches).

Échelle morale : moyenne, si vous faites ça, c’est que vous avez un petit quelque chose en tête probablement pas très Charlie.

Rentabilité : ++, vous prendrez soin de ressortir ces infos à votre boss pour lui montrer que vous vous intéressez à l’entreprise, et même, mieux, que vous avez des solutions à certains problèmes.

5 – Petite vengeance

diable-en-entrepriseSource gif : giphy.com

Rares sont les salariés qui n’ont pas une petite dent contre un de leurs semblables… Du temps libre et des bureaux vides permettent à moindre frais de se défouler. La méthode est simple : inonder la boîte mail de votre ennemi. Les plus motivés se mettront sur un dossier de boulot dans lequel la future victime est impliquée, et enverront des mails « urgents » tout en sachant qu’elle n’est pas à son poste. Coup de stress garanti en rentrant au bureau. Les blagueurs se tourneront vers les sites d’e-commerce et inscriront au plus de newsletters possible leur malheureux collègue.

Temps passé : trois heures, surtout si vous bossez vraiment sur un dossier pour mieux trouver des prétextes d’envoyer des mails.

Potentiel de divertissement : +++ (la malveillance est malheureusement souvent distrayante).

Échelle morale : partez en enfer sur le champ.

Rentabilité : aucune, juste le petit plaisir de voir votre collègue agacé en rentrant de congés, on ne vous félicite pas.

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *