Mon titre ne va pas avec mon poste !

carte-visitePar exemple, sur votre bulletin de paie, il est écrit « assistant administratif » et dans les faits, vous êtes plutôt assistant de gestion, commercial, chargé de com’… Souvent un détail sans importance pour les dirigeants qui ont d’autres chats à fouetter. C’est en général moins le cas du côté du salarié pour lequel cette « approximation » peut finir par peser lourd sur la motivation. On connaît l’histoire : on rentre dans une entreprise à un poste X, qui évolue au fil des années, sauf sur les papiers… Ou pire, on nous demande devant des clients de nous présenter comme « le chef du service » et d’accepter de redescendre « 25ème sous-fifre » une fois qu’ils ont quitté les lieux… Au fond de nous, on est partagé : il paraît légitime de demander cette « simple mise à jour », et en même temps, on est réticent à solliciter ses supérieurs sur un problème qui tient plus de l’égo que de la rigueur administrative. Alors, qu’est-ce qu’on fait ? On monte à l’assaut des RH ou pas ?

Crédit photo : Freeimages (Vivek Chugh)

1 – Être sûr de l’intérêt de la démarche

Cet intérêt tient en deux lettres : CV. Si effectivement, votre titre de poste est très en dessous de la réalité de votre quotidien, au point qu’il vous desservirait sur un CV pour chercher un nouveau job, alors, bien sûr, le jeu en vaut la chandelle. Par exemple, si vous êtes rentré comme standardiste et que vous êtes aujourd’hui secrétaire de direction. Ou si vous avez toujours un « assistant » quelque chose dans votre titre, alors que ça fait belle lurette que vous n’assistez plus personne mais faites vous-même le job à 100%. Prenez le temps d’être certain que le gap est tel qu’il mérite d’être comblé, histoire que votre demande ne soit pas perçue par vos supérieurs comme un caprice ou un moyen quelconque de manifester votre mécontentement.

L’autre raison légitime de vous inquiéter d’une inadéquation entre votre titre et votre poste réside dans la difficulté de vos collègues à percevoir votre champ d’action. C’est souvent le cas avec les titres qui induisent un niveau hiérarchique. Le fameux « responsable de » VS « chargé de ». Si vos supérieurs utilisent l’un à la place de l’autre selon les contextes, et que tout le reste de l’entreprise a, en conséquence, du mal à suivre l’étendue exacte de vos responsabilités, mieux vaut réagir. Dans l’intérêt pour le coup également de vos managers (ce que vous ne manquerez pas de souligner).

2 – Tenir compte de la taille de l’entreprise

Forcément. Si vous travaillez dans une TPE, vous avez probablement un poste plus polyvalent que si vous êtes salarié d’une multinationale hyper structurée. Mettez-vous à la place de votre boss : si vous avez un poste de commercial, avec en plus un peu de marketing et d’administratif et que vous lui demandez de choisir « un » titre parmi les trois, ça ne va pas beaucoup lui plaire. D’abord parce qu’il n’a pas les moyens, ni le besoin, d’embaucher trois personnes distinctes (ce qui serait induit par le fait que vous n’endossiez plus qu’un rôle en particulier). Ensuite, parce qu’il va se demander si vous êtes bien connecté à la vie de l’entreprise, avec de fortes chances qu’il juge votre demande abusive. Sachant que vous étiez au courant depuis le début que vous ne mettiez pas les pieds dans une multinationale…

3 – Faire la différence entre un problème de « titre » et un problème de poste

Il y a souvent confusion. Un salarié s’installe dans une situation de mal être dans son boulot, voit un jour arriver sur son bureau un mail de son boss qui lui demande d’appeler un client, et hop : « hé ho ! Je ne suis pas chargé de relations commerciales entreprises, je suis chargé de relations commerciales particuliers, donc je le ferai pas, il a qu’à me changer de titre s’il veut que je le fasse »… Là, on est bien d’accord ? On est en train de se planquer derrière un faux débat de titre, alors que le problème est certainement ailleurs.

De la même façon qu’on ne demande pas à changer de titre pour changer de salaire. Ça, ça s’appelle une promotion, et ce n’est sûrement pas en attaquant la discussion par son problème de titre de poste qu’on va en obtenir une. Autrement dit : on remplacera peut être « assistant » par « responsable » sur votre fiche de paie si effectivement c’est justifié, mais on ne vous offrira pas en prime les 20% d’augmentation qui traîne également depuis dix ans. Si votre problème se situe donc plutôt à ce niveau, axez la discussion avec vos chefs sur vos responsabilités et vos projets, négociez une évolution et évitez ces histoires de titre qui pour le coup mettront beaucoup trop l’accent sur votre égo, alors que le débat premier n’est pas là.

4 – Sachez expliquer pourquoi vous voulez changer de titre

intitulé-poste-emploiCrédit photo : Splashbase

Rien de pire que les affaires de principe. Les « je fais ça, alors vous devez m’appeler comme ça » fonctionnent rarement… La vérité, vous l’avez :

  • vous vous sentez dévalorisé par un nom de poste qui ne reflète pas l’étendue de vos actions.
  • Ou vous manquez de crédibilité parce que la signature de votre mail ne s’accorde pas bien aux projets que vous menez.

Et bien, dites-le. Au travail, comme en amour, si on attend que les autres devinent ce que l’on ressent, on peut se morfondre longtemps. Soyez au clair avec vos motivations : votre demande ne passera que mieux. Pensez au passage à rassurer vos chefs : vous n’êtes pas un requin prêt à engloutir les trois quarts de l’organigramme. Et vous n’avez pas l’intention de leur demander des évolutions de titre tous les quatre matins : vous avez juste besoin de cette « petite mise à jour » pour vous sentir mieux. Comme on a besoin des bonnes fournitures pour travailler, ou d’une cravate pour bien présenter. Décentrez le débat : ce nouveau titre, ce n’est pas tellement pour vous, mais pour le bien de vos missions, et donc de l’entreprise.

5 – Arriver avec une solution : le nouveau titre

Hé oui, si vous arrivez les bras ballants en attendant que votre boss trouve une heure qu’il ne trouvera pas pour vous dégoter un nouveau titre, vous vous mettez le doigt dans l’agrafeuse. Alors, cherchez en amont la solution : promenez-vous sur Viadéo par exemple pour trouver un titre qui pourrait s’appliquer à la réalité de votre poste. Sélectionnez deux, trois pistes de « titre » qui pourraient convenir, et hop, Duboss n’a plus qu’à choisir.

6 – Quand ça coince…

problème-patronCrédit photo : Freeimages (Bartlomiej Stroinski)

Vous avez sollicitez votre N+1 sur ce problème et 6 mois après, il n’y a toujours rien de nouveau sous le soleil… C’est peut-être qu’il ne s’agit pas juste d’un souci de titre et de réimpression de cartes de visite. Probablement la crainte de vous accorder « officiellement » plus de poids que vous n’en avez en l’état, de donner des idées à d’autres collaborateurs ou encore de tomber dans le piège ensuite de la réévaluation de salaire liée à ce changement de titre… Ou alors, il y a un vrai problème avec vous et il vaudrait mieux que vous le sachiez…

Dans tous les cas, vous n’avez qu’une solution : faire parler vos interlocuteurs. Demandez un rendez-vous pour un point global sur votre poste et attendez le bon moment pour remettre le sujet sur la table. Il vous suffira alors de désamorcer les craintes et de ré-insister sur l’importance pour vous de ce « détail qui n’en est pas un ». Si définitivement ça bloque, faites-vous une raison. N’allez pas vous mettre à dos tous vos supérieurs. Vous attendrez dans ce cas une vraie opportunité de promotion, ou larguerez les amarres si ce problème de titre finit par sentir le sapin !

1 Commentaire
  • valerie j
    juillet 5, 2017

    mon intitulé de poste est opérateur de production.
    je suis secretaire administrative détachée dans une autre société.
    La société qui m’emploi dit ne pas pouvoir changer cet intitulé car ce n’est pas dans la charte de la société qui emplois par ailleur de vrais opérateurs de productions.
    Sur mon cv si je mets cet intitulé on va me limoger.
    pour faire valoir mes droits a des crédits cela pose aussi un problème.
    que faire dans ce cas là surtout que je ne suis pas la seule dans ce cas.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *