Mon boss ne veut pas me faire d’entretien d’évaluation…

demander-un-point-à-son-chefEncore beaucoup (trop) d’entreprises se privent chaque année de cet exercice de management dont les bienfaits ont pourtant été maintes fois démontré… L’argument n°1 étant le manque de temps, que tout le monde comprend évidemment, en se disant toutefois qu’il s’agit surtout à la base d’un problème de priorité. Combien de managers pensent qu’il s’agit d’un détail dans l’énorme charge de travail qu’ils ont à accomplir ? Alors qu’en réalité, l’enjeu pour la (re)motivation des salariés est capital. Ceci étant, cela ne change rien à votre souci : votre boss à vous a dit « NON », et vous voilà seul avec vos questionnements professionnels. Comment réagir pour garder le mojo et la pêche au boulot ?

Source gif : www.fireflydaily.com

 

Demandez-vous d’abord pourquoi vous voulez cet entretien

motivation-entrepriseSource gif : www.youtube.com

Oui, pourquoi voulez-vous à tout prix cet entretien d’évaluation ? Dans la majorité des cas, soyons honnêtes : c’est pour demander une augmentation, (ou jauger votre légitimité à en demander une, ce qui revient au même).  Dans l’autre majorité des cas, c’est parce que quelque chose ne va pas : besoin de revoir certaines pratiques, d’évoluer vers un autre poste etc.

Ce qui veut dire, en gros, que le fameux entretien d’évaluation est un prétexte et que votre objectif est surtout de pouvoir parler au calme avec Chef. À partir de là, soyez malin : ne vous acharnez pas à vouloir des notes et des tableaux d’évaluation, mais concentrez-vous sur votre véritable objectif, obtenir un rendez-vous.

« Je voudrais vous parler de mes idées pour la boîte » VS « je voudrais un point pour savoir où j’en suis »

Il faut bien le dire : beaucoup de salariés se plaignent de ne pas pouvoir faire de « point » avec leur patron, alors que la façon dont ils lui réclament n’est pas forcément adaptée. Si vous vous contentez de demander à Boss : « on aura un point annuel cette année ? » entre deux couloirs ou au milieu de l’open space, ne lui en veuillez pas de ne pas se rendre compte à quel point c’est important pour vous, ou de botter en touche. S’il n’a pas le réflexe « évaluation », c’est peut-être qu’il a encore besoin d’être convaincu du bienfondé de l’exercice.

entretien-evaluation-entrepriseSource gif : imgur.com

  • Ne restez pas sur la vague évocation d’un « point annuel » : soyez plus précis et tourné vers l’avenir. Proposez par exemple un « rendez-vous d’échanges pour que vous puissiez partager avec lui vos idées sur l’année à venir ». Supprimez aussi l’idée d’évaluation qu’il redoute peut-être à cause du travail que ça lui demanderait, ou simplement parce qu’il n’est pas à l’aise avec l’idée.
  • Ne vous positionnez pas en « élève » attendant de recevoir une bonne note ou pas. Décentrez-vous pour lui proposer non pas de regarder votre nombril par ses yeux, mais la suite de votre collaboration, ce que vous pourriez amener en plus à la boîte. Bref, parlez idées, projets, initiatives.
  • Ne racontez pas à tout le service qu’il vous a dit oui… Si votre chef accepte de vous recevoir, n’allez pas fanfaronner auprès de tous vos collègues. Il risquerait ensuite de se sentir piégé, obligé de recevoir tout le monde (ce qu’il voulait éviter) et de vous en vouloir un bout de temps.
Il manque de temps ? Adaptez-vous !

Votre chef n’ose peut-être pas vous fixer un rendez-vous en fin de journée ou sur vos temps de pause : prenez les devants. Si son agenda est serré, proposez un déjeuner, un rendez-vous très matinal ou même un verre en fin de journée. Avec autant de bonne volonté : difficile pour lui de se défiler.

Et si vraiment vous ne parvenez pas à le faire changer d’avis ?

Débarrassez-vous pour commencer de votre déception et de votre envie de ressasser ce refus comme un manque de respect. Allez de l’avant.

  • Si réellement vous souhaitez savoir où vous en êtes, prenez une heure pour vous et réalisez votre auto-évaluation. Façon mind-mapping, écrivez sur une feuille blanche tous les items qui constituent votre vie professionnelle et les possibilités d’évolution ou d’améliorations pour chacun d’eux.

 

exemple-mind-mappingExemple de mind-mapping – Source : article Le Figaro.fr – Photo DP Eyrolles

 

 

 

 

Un exercice d’introspection souvent difficile mais utile pour se remettre en action. Vous vous apercevrez qu’il y a sûrement des problèmes dont vous surestimez l’importance (une mauvaise ambiance entre collègues qui peut en réalité toujours s’arranger). Et d’autres qui mériteraient davantage d’attention : un problème de compétence sur un sujet particulier, un manque de confiance de votre chef… Plus vos besoins réels deviendront précis, plus il vous sera facile de les régler vous-même. En demandant par exemple une formation ou un travail en équipe avec un collègue pour compléter vos connaissances… Ou en relativisant vos échecs et votre responsabilité quand la réussite des missions ne dépend pas que de vous etc.

  • Pour les demandes d’augmentation : attendez une période plus calme, et repartez à la charge pour obtenir un point avec votre boss. Avec un peu de ténacité, il finira par vous dire oui au bout de la cinq ou sixième fois 😉 .
  • Si vous n’êtes pas satisfait de votre job, et que votre boss n’est pas prêt à vous entendre ou vous aider, prenez vos responsabilités. N’en voulez pas à la terre entière : vous n’êtes peut-être pas à la bonne place. Vérifiez que vos problèmes en sont vraiment, assurez-vous de ne pas pouvoir les résoudre seul, et si les difficultés persistent : fuyez vers de nouveaux horizons !
  • Anticipez votre point de l’année prochaine. Dans le courant de l’année, venez en aide à votre boss au lieu de l’accabler ! Proposez-lui de lancer un projet pour l’évaluation des salariés en vous chargeant d’élaborer une grille et un process simples. Avec tout ça, normalement, l’année prochaine, ce sera la bonne !

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *