Mon boss m’appelle le week-end… Je réponds ou pas ?

patron-appelle-week-endDans le monde du travail, il y a les règles évidentes, celles qui se voient, et celles qui laissent dans le doute, et le flou. À chacun de trancher en fonction de ce qu’il suppose du fonctionnement de la boîte, ce qui n’a rien de compliqué, puisqu’en général il suffit d’épouser les volontés du chef pour être dans le juste. Oui, mais : si on n’a pas envie ? Si on aime les moutons qu’en tajine et qu’on préférerait ne pas trop subir les règles implicites au boulot ?… Si Boss m’appelle le week-end, alors que ma seule responsabilité à ce moment-là consiste à tenter de finir un plat de lasagnes alors que les enfants sont en train de découper au cutter le canapé… Puis-je vraiment ne pas répondre ? Ai-je la possibilité d’oublier deux jours par semaine qu’il est mon boss ? Oui mais avec un peu de méthode.

Source gif : reddit.com

1 – C’est la première fois qu’il vous appelle un dimanche ? Répondez.

heure-sup-travailSource gif : www.cmt.com

Il se peut que votre boss soit vraiment dans la panade, votre tête de mule n’est pas incompatible avec un peu d’humanité. Alors, pour une fois, répondez.

MAIS… Ne jouez pas les fayots, ou vous risqueriez d’ouvrir les portes à toutes les fenêtres comme dirait l’autre! Faites un pas vers lui, ok, mais inutile d’entamer une macarena pour lui prouver votre loyauté. Exemple : il vous demande un boulot urgent, acceptez de passer une heure sur son dossier depuis chez vous, MAIS refusez la réunion improvisée au siège de l’entreprise… Et si vraiment vous ne pouvez rien pour lui rapport à ce repas de famille qui vous sépare de deux cents kilomètres de votre ordi, sachez dire non sans en faire des tonnes. (Rien de pire que les justifications qui durent une heure, Boss a autre chose à faire et vous aussi). Faites l’effort si vous le pouvez d’embaucher plus tôt le lundi, il appréciera.

AYEZ LE JUSTE TON… Ne soyez pas expressément désagréable, il est fort probable que votre chef soit suffisamment penaud comme ça de vous déranger un dimanche. Ne vous mettez pas non plus à l’inverse à tailler la bavette façon « je m’ennuyais, vous tombez bien » si vous souhaitez éviter que votre boss vous considère H-24 à sa disposition.

2 – Il est coutumier de ce type de débordements ? Recadrez.

 

telephone-travail-congesSource gif : argif.tumblr.com

 

Surtout, évitez de faire l’enfant, façon « téléphone en silencieux-j’ai pas entendu-je-suis-dans-un-tunnel »… Ok, votre boss a l’air un peu limite niveau respect de la vie privée… Mais êtes-vous certain qu’il en est conscient ? Lui avez-vous déjà dit que cela vous importunait ? N’oubliez jamais qu’au travail comme en amour, attendre que l’autre « devine » ce que l’on souhaite vraiment est le meilleur moyen d’être malheureux. Si votre chef a pris la fâcheuse habitude de vous téléphoner en dehors des heures de travail, parlez-lui-en.

ÉVITEZ ABSOLUMENT : les discours moralisateurs sur les « principes ». À savoir parler à votre chef de vos horaires de travail, de votre contrat qui stipule que vous ne bosserez pas une minute de plus et blablabla. Si vous voulez le braquer, il n’y a pas mieux.

DITES PLUTÔT… Que pour bien travailler vous avez besoin de complètement déconnecter en dehors du boulot. Que ces petits appels le week-end n’ont certes rien de dramatique, mais qu’ils réenclenchent chez vous la vision du travail, le stress qui va avec etc. En résumé, défendez votre droit à la déconnexion au nom d’une meilleure efficacité pendant les heures travaillées.

3 – Il persiste et ne peut pas s’en empêcher : là d’accord, éteignez le téléphone.

 

abus-telephone-travailSource gif : giphy.com

Boss continue ses appels intempestifs alors que vous lui avez déjà signifié votre malaise et votre souhait de fonctionner autrement ? Ok, passez en mode avion.

Si votre patron vous appelle sur votre téléphone perso : débranchez-le. Et fin du débat, vous n’avez pas à vous justifier.

S’il vous a collé un téléphone de fonction mais que rien ne prévoit son utilité en dehors des heures de travail dans votre contrat (pas d’obligation d’être joint par la clientèle par exemple) : laissez-le tout simplement au boulot à la fin de vos journées.

DANS TOUS LES CAS… Ne tombez pas dans l’angoisse, finir en burn-out pour une histoire de patron passionné de smartphone, ce serait dommage. Reprenez le dessus, tant que rien n’est clairement entendu avec Duboss, vous avez le droit de ne pas répondre.

ASSUMEZ… Ne vous cachez surtout pas, après chaque appel esquivé : vous renverriez l’image de quelqu’un de fautif alors que vous ne l’êtes pas. C’est à lui de se poser des questions. Prenez les devants en allant voir votre boss le lundi matin pour lui préciser que vous avez bien eu ses 5 messages et que vous vous mettez illico à bosser. S’il se plaint de tomber trop souvent sur votre répondeur, refaites votre speech sur votre besoin de déconnexion (point 2). Proposez même, s’il le souhaite, de lui rendre votre téléphone mobile étant donné que vous l’utilisez peu… Soyez honnête et franc, plutôt que fuyant ou ironique : les appels devraient finir par cesser sans que votre relation n’en pâtisse.

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *