Les 6 questions à ne jamais poser à un collègue covoitureur… Si vous voulez que ça se passe bien.

?????????????????????Pour qu’un covoiturage entre collègues passe le cap du test sur une journée, et s’inscrive dans la durée, il y a trois règles. 1. Veiller à l’équité : si Pierre conduit pendant trois semaines d’affilée en attendant désespérément que Paul propose de prendre le relais, ça part mal. (On ouvre une parenthèse, pour rappeler qu’on a tout ce qu’il faut sur weepil.fr pour que vous puissiez créer votre groupe, votre organisation et suivre la comptabilité de vos tours de conduite, et en plus c’est gratuit, donc à très vite). 2. Être à l’heure : out les workaholics incapables de partir avant que le soleil ne se couche. 3. Éviter les 6 questions qui fâchent en voiture comme au boulot, et qu’on vous sert ici sur un plateau. Peace and road !

J’peux te demander combien tu gagnes ?

?????????????????????Non, tu ne peux pas. Tabou, tabou, tabou : rien à faire, on ne cause pas argent avec un collègue de boulot. Certains nous objecteront qu’entre collègues proches, on peut tout se dire sans gêne. On répondra qu’au boulot, la proximité est toujours très relative et qu’en gros : si vous gagnez plus que votre collègue, il vous haïra. Si vous gagnez moins (et qu’il vous le dit), vous le haïrez. Et si vous avez le même salaire, vous trouverez encore probablement moyen de juger la chose un peu injuste, puisque bien sûr, vous travaillez quand même plus que lui/elle, et inversement…

T’as donné pour le pot de Jean-Eude ?

?????????????????????« Mais qu’est-ce que ça peut te faire ? Non, je n’ai pas encore donné mais j’allais le faire. C’est juste que j’avais seulement un billet de 5€ sur moi, et que Martine ne pouvait pas me faire la monnaie. Tu vois : je ne suis pas radin, je suis juste en retard ».

Sachez-le, la cagnotte de pot de départ, c’est l’angoisse numéro 1 du salarié moyen : combien donner (« après tout, je ne le connais pas tant que ça, est-ce que ça va se voir si je ne donne rien ») ? Faut-il quand même signer la carte même quand on a « oublié » de donner ? Bref, un sujet passionnant que vous prendrez soin d’éviter au volant pour le bien de tous.

Quoi ? Le chef ne t’a rien dit ?

?????????????????????Alors, déjà, bravo de répéter allégrement ce que Chef vous a confié. Ensuite, la moindre des choses quand on constate qu’un collègue a soigneusement été mis à l’écart du secret hiérarchique, c’est d’éviter d’insister lourdement et de plutôt arrondir les angles de sa gaffe : « T’es au courant que la boîte va déménager à Lille ? Quoi le chef ne t’a rien dit ? Pour tout te dire, je ne suis pas sûr de ce que j’avance, c’est un bruit de couloir, je me demandais si tu avais plus d’info. »

Tu pars encore en vacances ?

?????????????????????Ok, si vous voulez que votre collègue-covoitureur ait l’agréable sensation que vous êtes la taupe de son N+1, bingo, vous avez tout bon. Il y a trois sujets qu’on ne commente jamais en entreprise à partir du moment où l’on n’est pas chef mais simple collègue : les retards du matin, les résultats au boulot et la fréquence des vacances. Si vous êtes frustré, posez une RTT mais ne vous mêlez pas de l’emploi du temps de vos collègues !

Tu sais si c’est vrai que Josiane me critique ?

?????????????????????Bien sûr qu’il/elle le sait, comme tout le monde (d’ailleurs vous aussi, sinon vous ne poseriez pas la question). À part mettre votre collègue mal à l’aise ou le saouler en le gratifiant de potins de boulot même sur les trajets pour y aller ou en revenir, vous ne gagnerez pas grand-chose. Au mieux, il confortera vos doutes, et vous lui en voudrez inconsciemment (et lui aussi d’avoir été obligé de jacasser). Au pire, il nie, et décide de prendre ses distances avec vous, parce que vos chamailleries avec Josiane l’intéressent autant que la marque de la nouvelle machine à café.

Tu veux pas mettre autre chose que Tal ?

?????????????????????Attention, danger, en voiture, comme au bureau, critiquer les goûts « culturels » d’un collègue est toujours un terrain miné. Soit, il est très sûr de lui, et va se demander pour qui vous vous prenez (voire même vous considérer comme un gros plouc, rapport à son référentiel à lui). Soit, il complexe, comme beaucoup, sur ses lacunes musicales contemporaines, et sera très triste que vous enfonciez le clou. Faites un effort, au fond, Tal fait aussi partie de la culture, c’est Nikos qui le dit. Vous écouterez Nova quand ce sera votre tour de conduire.

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *