Les 10 « encas » qui devraient être interdits au bureau

10-encas-insupportables-au-bureauC’est la semaine du goût et tant qu’à faire du bon. Or, sans vouloir balancer, c’est rarement au bureau à la pause de 16h qu’on le retrouve. Bon déjà, interrogeons-nous : pourquoi à 20, 30, 50 ans passés, les gens ont-ils encore besoin de « prendre un goûter » ? Et le pire, c’est que pour certains, il y a double peine : qui n’a pas connu ce(tte) collègue de bureau qui donne aussi dans la collation de 10h ? Ou pire dans le grignotage compulsif à longueur de journée ? Alors, vous allez dire, on est intolérant : laissons les salariés s’empiffrer et les distributeurs automatiques seront bien gardés. Et on est d’accord avec vous, sauf que la liberté de grailler s’arrête là où commencent les nausées des autres, rapport aux odeurs sur fond sonore (cric-crac-croc-slurp-srunch-scrotch). Alors, au bureau, c’est un peu comme au cinoche, à défaut de jeûner, restez soft avec les goûters… Top 10 des aliments à proscrire.

Crédit photo : Photl.com

1 – La galette de riz

encas-au-travailLa galette de riz est au bureau ce que le pop corn est au ciné : une torture olfactive dans un rayon de 50 mètres. Pas de bol, c’est l’encas « vendu » comme le moins calorique du monde : de quoi séduire tous les adeptes de la croyance prépubère qu’entre goûter et rester mince, il n’y a pas à choisir. Une odeur aussi indéfinissable que son goût qui a le mérite, lui, d’être inexistant. En gros, un parfum de chaussette revenu à l’oignon dans une cuisine qui n’aurait pas été aérée depuis trois semaines.

2 – Les biscuits petit-déjeuner

biscuit-bureau

C’est pourtant écrit dessus : PETIT DEJEUNER. Alors, diable, pourquoi les engloutissez-vous toute la journée ? Une sorte de ramassis de céréales compactées qui répand dans l’atmosphère une odeur étouffante de croquettes discount pour chiens. Ok, on va loin, mais on en veut terriblement à ses biscuits qui sous leurs airs d’encas civilisés, prennent notre nez par surprise dès que notre voisin entame sa première bouchée.

 3 – Les gâteaux apéro

biscuits-apero-au-boulotEn soirée, les gens qui se jettent dessus et replongent la main dans le sac toutes les trente secondes : c’est déjà un peu limite. Au bureau, le bruit du sachet crissant sous des doigts boulimiques a ceci d’encore plus insupportable que vous n’êtes pas en train de prendre l’apéro avec vos amis, mais de travailler. Votre collègue se sentira en plus obligé de commenter (la bouche pleine) : « je suis plus salé que sucré » – et vous penserez intérieurement : t’es surtout plus huile de palme qu’huile de coude. Fritch-frotch-fritch puis crinch crunch crounch puis re- fritch-frotch-fritch : jusqu’à la fin du paquet. Et encore priez pour qu’Auchan n’ait pas fait un 2 pour le prix d’1.

 4 – La pomme

pomme-gouter-light-bureauLa pomme est à l’encas ce que le métal est à l’enceinte : parfaite, mais d’un niveau de décibels parfois difficile à encaisser.

5 – Les encas au chocolat

encas-bureauToujours ce problème d’odeur : le chocolat c’est sympa, mais dans sa propre bouche. En version « haleine d’open space », c’est tout simplement dégoûtant. Parce qu’on ne sent pas le parfum du chocolat (celui du gâteau qui sort du four), mais du chocolat dégluti (celui qui a macéré dans la bouche du collègue avant qu’il ne baigne tout ça avec un fond de café). Ajoutez en plus l’odeur des cacahuètes (ouais les Snickers, ouais les M&M’s) et vous n’avez plus qu’à faire péter le Fébreze : au point où vous en êtes, vous n’avez plus rien à perdre.

6 – Les graines de tournesol

graines_tournesol-antistressOui ça existe toujours. C’est même une des astuces que prônent les bouquins anti-stress ou arrêt du tabac. Alors bon, dans l’idée, ça ne fait de mal à personne, mais ce sont les centaines de cadavres de coques machouillées qui gisent au final sur le bureau de votre collègue… À un centimètre de l’agrafeuse qu’il vous a empruntée. Et à un mètre de votre vue, qui perçoit sans difficulté les filets de bave encore chauds.

 7 – La soupe déshydratée

soupe-oignon-encas-hiver-bureau« Moi en hiver j’aime bien me faire une petite soupe à l’oignon, ça réchauffe » ! T’es au courant que c’est le principe des boissons chaudes aussi ?… Et qu’un café ne nous obligerait pas à ouvrir la fenêtre alors qu’il fait -15° comme tu le fais si justement remarquer ??? Mais d’accord, demain, j’amène mon appareil à raclette pour la réunion clients !

8 – Les amandes, les noisettes, tout ça…

fruits-secs-gouter-travailÀ Noël, on supporte : parce qu’à l’heure où les gens cassent des noisettes et des amandes, on sait qu’on n’en a plus pour longtemps avant les cadeaux. Au taf, quand les cric-crac-croc commencent à 9h du mat’, pour le coup, la journée s’annonce longue. Normalement, au bout d’une centaine de ces machins gobés, votre collègue devrait en avoir marre. Mais il est fort possible qu’il ait donné des idées à tout l’open space : la corbeille se mettra alors à tourner et le casse-noisettes, qui porte bien son nom, avec.

9 – Les trucs bizarres de gens au régime (œufs, son d’avoine et autres carottes)

oeuf-dur-gouter-regimeNan mais on comprend, c’est pas facile d’être au régime. Mais les odeurs de trucs qui ne ressemblent pas à des goûters, c’est encore pire que les odeurs de goûters qui déjà à la base refoulent. Alors, on vous donne un scoop : vous voulez mincir, ne mangez pas en dehors des repas. Vous verrez, normalement au-delà de l’adolescence, ça se fait très bien.

10 – Les compotes en gourde

gourde-compote-adulteDites, les petits dessins sur le packaging auraient dû vous fournir ce précieux indice : c’est pour les enfants ! Tant que vous aspirez votre machin, vous ne dérangez personne, mais c’est quand la gourde est presque finie que ça se gâte. Vous avez tout d’abord la tête d’une sole à ce moment-là, sachez-le, mais surtout…. Slurrrrrrp, slurrrrrrp, slurrrrrrp… Ce bruit obscène de la paille cherchant à aspirer le glaçon à la fin d’un coca est tout simplement dégueu et pathétique.

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *