Faut-il aller au Noël de sa boîte ?

Oui. 863834_21229388On pourrait s’arrêter là et ce serait le billet de blog le plus court du monde. Mais on vous connaît et on sait bien que vous avez besoin d’un petit peu plus d’arguments que ça pour aller trinquer un vendredi soir au milieu de vos collègues. Parce qu’autant vous les appréciez à peu près toute la semaine de 9h à 18h, autant vous vous passez d’eux sans problème au-delà. Et puis vos enfants, vous êtes certains qu’ils peuvent vivre aisément sans leur sachet de papillotes estampillées du logo de votre boîte. Quant à votre conjoint, il se remettra aussi de rater un verre de kir qui n’aura de royale que son amertume. Oui, mais voilà, vous n’avez pas le choix…

Pourquoi vous avez envie d’y aller autant que d’avaler une guirlande lumineuse ?

noel-entreprise-triste

Crédit : gifs.tastefullyoffensive.com

C’est évident. Mais c’est tabou. Alors disons-le clairement, on est là pour ça. Toute l’année vous êtes en pleine misère relationnelle au moment de partager votre déjeuner avec Robert le réac et Madeleine la déprimée. Vous peinez à trouver des sujets de discussion en vingt minutes d’échange quotidien de partage de Tupperware William Saurin. Alors toute une soirée… Et puis, il n’y a pas que ça. Ça fait trois réunions d’affilée que vous bouillez parce que vos projets pataugent dans les eaux troubles du consensus qui se fait désirer. Que vous supportez les réflexions de vos détracteurs et la mollesse de vos managers. Tout ça sur fond d’augmentation qu’on vous a refusée une fois de plus cette année. Bref, un hamster amputé en phase terminale aurait plus le moral que vous. Alors franchement, aller jouer la sérénade du collègue corporate coiffé d’un bonnet de père Noël, non merci.

Pourquoi pourtant vous devez y aller ?

noel-entreprise-solitude

Crédit : www.reddit.com

Les soirées de Noël, c’est comme tous ces moments « off » que les entreprises offrent à leurs salariés, séminaires en tête. Des parenthèses dans la vie de l’entreprise pour ressouder les liens en sortant la tête des dossiers et en découvrant ses collègues dans un contexte plus léger. Big boss a envie que vous fassiez un pas les uns vers les autres : que vous humanisiez un peu vos rapports histoire qu’en allant au charbon, vous soyez un peu plus détendu et à même de mettre en œuvre le sacro-saint esprit d’équipe. Ce n’est donc pas la peine d’y voir quelque tentative perfide de sa part de s’incruster jusque dans votre vie de famille ou de vous obliger à faire de votre entreprise votre seconde maison. On ne peut certes pas nier l’existence de ce genre de machiavélisme, mais soyons lucides : dans la majorité des cas, il s’agit juste pour votre boss de vous offrir à vous et vos collègues un moment de détente. Pas de quoi en faire un fromage, même à raclette.

On vous offre donc un « cadeau ». Si vous le refusez, vous devenez immédiatement le sale gosse. Vous vous excluez du groupe et on se dira que vous crachez dans la soupe – même si sous ses airs de bouillon déshydraté, on vous accorde qu’elle fait moyennement envie.

Alors bien sûr, en bon stratège que vous n’êtes pas, vous penserez peut-être à l’excuse tombée comme par hasard de votre mallette à J-2 : vous êtes malade-quel-dommage. Quel dommage en effet, car on y croira certainement autant qu’à ce bon vieux Père Noël. Et vous serez grillé, dans le non-dit peut-être, mais dans tous les esprits sûrement (de votre boss et de tous ceux qui, eux, auront fait l’effort de venir et auront un bouc émissaire tout trouvé pour passer leurs nerfs envieux). Ça risque de sentir le sapin un sacré moment dans l’open space.

Conclusion : ça fait partie de votre travail, il faut y aller. Point.

Comment limiter la casse ?

Ce n’est pas parce que vous prenez sur vous de sacrifier un vendredi soir sur la Terre que pour autant vous êtes obligé de tout donner comme si c’était la soirée de votre vie.

noel-entreprise-joie

Crédit : funnycutegifs.com

Évidemment, vous vous parerez de votre sourire Email Diamant et de votre bon esprit, mais pour que la pilule passe mieux avec le kir, vous avez le droit de vous économiser un minimum.

  • Le mélange famille-entreprise. Vous le voyez d’ici, vos enfants sont adorables, mais ils sont un peu comme vous : faut pas trop les chercher quand même. Alors, le fils du patron, s’il ne veut pas faire le gardien de but, ça risque de mal finir. Pour lui. Et donc pour vous. Quant à votre conjoint, vous n’avez pas envie de le voir tailler la bavette avec votre pire ennemi, pour qu’il vous dise en rentrant qu’il est vraiment super sympa. Sans compter qu’en une soirée comme ça, tous vos collègues vont pouvoir avoir une vue imprenable sur votre vie perso que vous mettez tant de soin habituellement à protéger. Bonne nouvelle : c’est vous qu’on attend à cette soirée, pas eux. Si c’est par conséquent inconcevable pour vous de mélanger les genres, pour le coup, votre mallette à excuses pourra intervenir sans problème. Vous direz qu’ils ont la grippe, la gale ou le tétanos, et tant que vous, vous venez, ça passera.

  • La positive attitude. Tant qu’à faire de passer une soirée dans votre boîte, autant voir la coupe de kir, toujours, à moitié pleine. Mettez-vous dans de bonnes dispositions, profitez-en pour partager un petit mot gentil avec ces collègues que vous connaissez à peine. Soyez enthousiaste et sympathique, vous verrez, ça passera plus vite, et il se pourrait même qu’en vous détendant un chouïa vous finissiez par apprécier ce moment.

  • Mesurez vos efforts. Faites en sorte que vos boss voient que vous êtes là et que vous jouez le jeu, mais ne versez pas non plus dans le fayottage à gogo. Ce n’est pas la peine de passer la soirée collé aux souliers de vos supérieurs sous prétexte de rentabiliser votre temps passé : vos collègues ne vous le pardonneront pas. Soyez intelligent : faites-vous voir, mais pas remarquer.

  • Aidez. Au cas où vous n’auriez pas remarqué, aucune société d’évènementiel n’est là pour orchestrer tout ce petit bazar, servir les petits fours et ranger à la fin de la soirée. C’est Bernard du CE, le boss et Marie-Catherine qui se tapent tout. Evidemment, un coup de main ne sera pas de refus. N’allez pas ruiner tous vos efforts en jouant les paresseux. Un coup de balai et un tour à la poubelle pour aider à débarrasser vous prendront dix minutes et vous rapporteront une vie supplémentaire en image corporate.

Vous l’aurez compris, cochez « oui » sur l’invitation et promis, au pied du sapin, vous trouverez votre réputation intacte et peut-être même un petit bonus pour votre carrière.

Crédit photo : Stock Photo

1 Commentaire
  • ELGAROUG
    décembre 12, 2014

    Finalement ce billet est proche d’un édito ! ou un sacré billet !
    Moi j’ai gardé les mômes de mes copains pour cause de soirée de Noël Corporate de leurs entreprises, sympa !

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *