Est-il pire d’être jeune ou vieux dans une entreprise ?

etre-junior-ou-senior-en-entrepriseSi jeunesse savait, si vieillesse pouvait. Tout est dit, et ça ne résout rien. Les problèmes se succèdent et les jérémiades avec. On n’embauche pas les jeunes. On met au placard les vieux. Et c’est d’autant plus embêtant qu’on considère facilement aujourd’hui que tu es jeune jusqu’à 35 ans. Et vieux à partir de 45. Aïe. Alors les jeunes disent que c’est la faute des anciens. Et les séniors n’en finissent pas de mettre les « Générations » qui leur succèdent dans des cases. Alors y a-t-il vraiment une place plus enviable ? Qui est le plus à plaindre ? Nous ouvrons officiellement le clash des jeunots contre les papys !

 probleme-junior-entreprise

  • Jusqu’à 35 ans, tu entends que 1500€ est un très bon salaire pour « commencer » (même si ça fait dix ans que tu bosses).
  • Tu es corvéable à merci, sous le sacro-saint prétexte que tu dois faire tes preuves. D’ailleurs, tu n’as pas le droit d’être fatigué. Si t’as l’air crevé, c’est que tu es démotivé.
  • Tu dois quémander tes vacances comme si tu exigeais un sacrifice humain en échange d’une RTT (bah oui, tu n’as pas d’enfants, alors t’es loin d’être prioritaire question congés).
  • C’est vers toi qu’on se tourne au moindre problème informatique – n’oublie pas que tu es un digital native. Du coup, tu te tapes tous les masques de Power-Point de chaque service.
  • Tu assistes à des formations sur la « génération Y » ou Z, où tes collègues plus âgés sont intarissables pour démontrer que les gens de ton espèce sont des enfants gâtés insupportables et impossibles à manager. Et tu souris, en attendant que ça passe.
  • On t’appelle « mon petit Mickaël » ou « mon grand », et ce, surtout quand l’ambiance tourne au vinaigre, histoire de te remettre à ta place.
  • Dans l’esprit de tes collègues, tu n’es forcément pas du matin. À 7h00, au boulot, tout le monde a une tête de déterré mais c’est à toi qu’on va dire « ah les jeunes, vous avez tous du mal à vous lever tôt ! ».
  • Pendant la soirée de l’entreprise, quand il est question de mettre de la musique, on se tourne forcément vers toi. En attendant toutefois que tu fasses péter du Gilbert Montagné.
  • Tu as ton smartphone à la main comme tout le monde. Mais toi, tu as droit dix fois par jour au « vous les jeunes vous ne savez pas déconnecter ».
  • Tu sais que si tu quittes la boîte dans un an, on te collera l’étiquette d’« instable ».

Conclusion : chaud. On comprend que tu aies hâte d’avoir l’âge de regarder Thalassa avec ton bichon sur les genoux, ta tisane et tes triplés qui font des dessins sur la table basse.

 probleme-senior-entreprise

  • Quand tu parles d’une nouvelle appli, tout le monde est étonné.
  • Quand tu parles d’un nouveau groupe de musique, tout le monde est étonné.
  • Et quand tu changes de style vestimentaire, c’en est trop, le verdict tombe : tu joues au jeune.
  • Quand un formateur en informatique vient te montrer un nouveau logiciel, il te parle comme si tu avais Alzheimer.
  • Tu n’es jamais convié aux virées shopping ou aux parties de foot entre midi et deux.
  • Tu es convaincu qu’on peut tout à fait vivre sans réseaux sociaux, mais tu dois faire semblant d’être « dépassé » et d’avoir honte de ne pas avoir de compte Twitter, sinon tu es catalogué « réac ».
  • Tes perspectives de promotion sont inexistantes.
  • Les stagiaires t’appellent affectueusement « papa » quand ils t’aiment bien. « Papy », dans ton dos.
  • Tu écoutes patiemment un jeune quadra fraîchement arrivé t’expliquer que ta façon de travailler depuis vingt ans est un non-sens en termes de rentabilité. En gros, on te dit que toute ta carrière est ratée, mais tu dois rester positif et ouvert au changement.
  • Quand ça se passe mal, tout le monde te conseille d’attendre d’être licencié, ce que tu fais, dans la douleur, parce que tu ne t’autorises pas à démissionner vu la conjoncture…
 

Conclusion : ouais. On comprend que tu joues au Loto deux fois par jour.

Verdict : égalité, vous êtes aussi mal barrés les uns que les autres !

Juniors, séniors, vous êtes à égalité ! Bon, certes, les anciens vous êtes mieux payés. Mais vous les jeunots, vous avez l’avantage de pouvoir facilement bouger. Hormis ces détails, vos vies professionnelles respectives sont de petits enfers parfaitement oppressants, vous n’avez rien à vous envier. Ne nous remerciez pas, tout le plaisir est pour nous.

Bon courage à tous.

Crédits photos : freepik.com

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *