Croiser un collègue en vacances : mode d’emploi

Le monde des vacances est petit. Beaucoup plus qu’on ne le pense. Et d’ailleurs, Catherine vient de vous annoncer à la machine à café qu’elle partait elle aussi la semaine prochaine à Carnac ! « C’est marrant ça ! » qu’elle a dit. Oui, c’est marrant, disons cela. Si vous vous entendez comme larrons en foire avec le collègue de boulot qui se retrouve pile poil à 1 km de votre loc’ d’été, le problème ne se pose pas, et a priori même, vous ne devriez pas être en train de lire ce billet, mais restez, aucun souci pour nous. NON le problème, c’est quand vous avez autant envie de passer du temps avec ce collègue en congés que de croiser la route d’une famille de méduses lors de votre première baignade. Mais que dire et comment faire pour ne vexer personne ?

Source gif : Doctor Who

 

Déjà, tout dépend de la durée de vos congés

Si vous partez quatre petits jours de rien du tout et que votre collègue propose de vous faire une journée ensemble, le mieux, qui plus est légitime, est de jouer carte sur table : vous ne partez pas longtemps, vous avez besoin de temps pour déconnecter/vous occuper de votre famille etc.

« … Donc ne le prends pas mal Catherine, mais je préfère te dire non ». N’importe qui comprendrait : jusqu’à une semaine de vacances, inutile de réfléchir plus longtemps, c’est non et puis c’est tout. Ce qui ne vous empêche pas si vous la croisez sur place à la supérette (LE lieu-piège parce qu’il n’y en a qu’une dans tout le bled) de la saluer avec le sourire, dire un petit mot sur la météo et vous diriger en crabe vers la caisse, jusqu’à sortir de son champ de vision.

 

La fameuse marche du crabe

Source gif : Le plus Nouvel Obs

À noter que les plus courageux se décideront sans mal à adopter la même stratégie (qui n’en est pas une, il s’agit juste de dire la vérité et c’est encore le plus simple), y compris s’ils passent un mois entier sur la côte, juste parce qu’ils assument de vouloir couper avec leur quotidien.

 

Quand ça se complique…

Source gif : Giphy.com

 

Source gif : Frances

Pris au dépourvu face à la proposition de Catherine, vous avez répondu « mais oui bien sûr qu’on va se voir, génial ! » et avez ensuite immédiatement eu envie de marcher sur des brisures de moule pour vous punir. Ne faites pas cela, voici comment vous en sortir.

 

  • Prévenez votre famille, demandez-leur leur avis, décidez ensemble. Rien de pire que de faire semblant au dernier moment de découvrir que votre collègue est là et d’imposer vos conversations boulot à votre smala sans préavis. Vous récolterez en prime une ou deux disgrâces conjugales soyez-en sûr.

 

  • N’oubliez pas que votre collègue a peut-être le même avis sur la question que vous. Il n’est pas impossible qu’il n’ait pas envie de vous voir, et se sent lui aussi contraint par politesse de partager des chichis avec vous. Donc ne surestimez pas ses attentes, ne vous mettez pas martel en tête sur ce qu’il va penser de tout cela, si ça se trouve il n’attend qu’une chose lui aussi : que cette histoire de rencontre par convenance se règle au plus vite !

 

  • Décidez dès le début des vacances du Jour J de la rencontre. Rien ne sert de laisser traîner, ça va pourrir toutes vos journées, à vous demander si il/elle va vous appeler, quand etc. Calez une date dès le début en expliquant à votre collègue que vous vous concoctez un planning chargé et que vous préférez vous organiser.

 

  • Évitez les créneaux-pièges : 11h ou 18h. Les heures d’apéro qui se transforment en « on s’fait un petit resto ? », et vous en avez pour trois plombes. L’objectif est que la rencontre dure maximum deux heures, ce sera déjà beaucoup.

 

  • Choisissez un lieu neutre : ni chez vous, ni chez votre collègue. Ça ne vous enchante déjà pas de vous le coltiner, si en plus vous avez du boulot pour recevoir, c’est carrément la double-peine. Par ailleurs, nul besoin qu’il vienne reluquer votre loc’/emplacement de camping à vous, et entre ainsi dans votre intimité (jugement à l’appui). Quant à chez lui : mauvaise idée aussi, vous ne serez plus du tout maître du planning (il a prévu un dîner de mariage alors que vous vous attendiez à une pizza).

 

  • Optez pour une activité à faire ensemble. Se retrouver au marché du village à 10h du matin pour prendre un café, faire un tour et zou-salut-la-compagnie ! Ou une animation quelconque du coin, une promenade etc. Bref quelque chose que l’on FAIT: ce qui vous évitera de grosses suées à vous regarder dans le blanc des yeux en cherchant des sujets de discussion autres que le travail. Vous taillerez ainsi la bavette distraitement, tout en regardant le paysage/spectacle etc. selon ce que vous avez choisi. Au passage, vous ne gaspillez pas de journée de vacances, puisque vous en profitez pour vous balader, et pour peu que ce soit sympathique, tout le monde repart avec bon souvenir.

 

  • Si il/elle parle boulot, restez souriant mais abrégez : quand bien même ça vous intéresse, ne laissez personne perturber votre déconnexion du boulot. Tâchez d’enchaîner vite sur un autre sujet : « tu sais comment s’appellent les habitants de Carnac ?*».

 

  • Servez-vous de son conjoint et de ses enfants pour alléger l’ambiance ! Eux, ils ne vous connaissent pas et n’ont que faire de vos histoires chez Tartempion Compagnie. Discutez volontiers avec eux, posez-leur des questions sur leur job/quotidien/pokémon à eux, l’atmosphère sera immédiatement plus conviviale et vous laisserez le souvenir d’un être d’une grande sociabilité. Ce qui est un comble pour quelqu’un qui vient de mettre au point une stratégie pour gérer une simple rencontre avec un collègue sur son lieu de vacances. Mais on ne vous juge pas, on est tous pareil. 😊 Et bonnes vacances !

 

Source gif : Novotel

 

*Les carnacois.

 

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *