Convoqué par le boss ! Comment se préparer à cette mise au point…

convoque-par-chefVous avez bien vérifié, il ne s’agit pas d’un petit point rikiki sur le dossier Bidule ou le projet Machin. Non. Vous êtes convoqué. Convoqué ! Et votre petit doigt n’a pas besoin de vous dire que ce n’est pas pour vous offrir un brin de muguet. Boss veut vous parler. Parler de ce qui ne va pas. Et ça vous angoisse autant que dans vos feu années collège, quand la missive du CPE tombait. C’est justement là où vous vous trompez, vous n’êtes plus un enfant et n’avez donc aucune raison de vous comporter de la sorte. Plus facile à dire qu’à faire, on vous l’accorde. Alors voici quelques conseils pour vous aider à vous préparer.

Source gif : Youtube

Vous ne partez pas à la guerre, mais juste en réunion avec Chef.

guerre-au-boulotSource gif : IFC

Certes, vos relations ne sont peut-être pas au beau fixe, et vous vous en voulez peut-être mutuellement pour moult motifs. Mais redescendez d’un cran : il n’y a pas mort d’homme (à part si vous bossez pour Kim Jong Un, l’exception confirmant la règle). Et même si vraiment, l’heure est grave pour votre CDI, c’est juste un job. Enlevez-vous de la tête toutes vos projections pessimistes et pensées angoissantes sur le crédit de la maison, les enfants à nourrir tout ça. Avant de finir chez Pôle, il y a peut-être (voire sûrement) de la marge. Et surtout, penser par la peur n’a jamais aidé personne à choisir les bonnes options.

Vous êtes un adulte

… Pas un gamin qu’on reprend pour mauvaise conduite. Un ADULTE. Et votre chef n’est pas votre papa (ou votre maman). Oui, oui, vous le savez, mais ça fait toujours du bien de le relire.

 

se-comporter-en-adulteSource gif : https://www.reddit.com/r/reactiongifs/comments/2lhjlk/mrw_i_have_to_make_decisions_about_health/

Mettez-vous à la place de Duboss

empathie-au-boulotSource gif : The Metropolitan Opera

Faire un point avec un salarié pour le recadrer n’est jamais chose agréable. Alors, qu’il ait raison ou pas, qu’il soit juste ou pas, essayez de le considérer avec un peu d’empathie. Forcez-vous à voir les choses de son point de vue. Peut-être croule-t-il lui-même sous le stress… Peut-être que sa propre culture s’accorde mal avec la vôtre. Peut-être qu’il essaie de bien faire, en vous convoquant. Vous verrez qu’en le considérant avec davantage d’indulgence et d’humanité, vous vous sentirez moins dans un rapport de force, et donc plus à l’aise pour échanger.

Ne cherchez pas à avoir raison, mais à protéger vos intérêts

reflechir-au-travailSource gif : http://shadowrose13.tumblr.com/post/37463874712/harry-potter-gif-challenge

Et pendant l’entretien, votre UNIQUE intérêt est : calmer le jeu. Bien sûr, vous pouvez tout à fait en avoir ras-la-casquette et décider d’aller voir ailleurs. Mais gardez-le pour vous. Vous serez plus serein en ayant le temps d’organiser votre départ, plutôt qu’en pétant les plombs à coup de menaces de démission.

Votre but lors de cet entretien ne sera donc pas d’avoir raison (dans le monde du travail, cela ne sert à rien, et vous le savez). Mais de montrer à votre boss que vous l’entendez. Cela ne vous empêche évidemment pas de débattre en cas de désaccord, ni d’exprimer votre point de vue. Mais faites-le avec respect, et dans l’idée de trouver un accord avec Chef. Si vraiment, ses reproches vous paraissent abusifs, évitez les polémiques, abrégez, montrez que vous notez ses attentes et que vous ferez de votre mieux pour satisfaire sa demande. Au moins Duboss se sentira compris et se détendra un peu en vous lâchant la grappe.

 Gérez vos émotions

emotion-travailSource gif : http://heckyeahreactiongifs.tumblr.com/post/60639568197

Gérer ses émotions, cela ne veut pas dire les étouffer, ou prendre trois Lexomil avant le rendez-vous. Mais plutôt les apprivoiser, les reconnaître, les accepter, pour éviter les débordements.

Avant le D-Day, essayez de voir comment vous vous sentez et arrêtez de nourrir votre peur. Si vous êtes en boucle dans votre tête, changez-vous les idées, avec une expo ou une petite séance de running.

Ne parlez pas trop de cet entretien avec vos collègues, qui au mieux vous mettront une claque de plus par leur indifférence, et au pire, entretiendront vos croyances en y allant gaiement en potins et suppositions fantasques. Si vous avez besoin d’échanger, faites-le avec une personne extérieure : un ami, un coach, un ancien collègue… qui seront certainement plus mesurés dans leurs propos que les collaborateurs de votre boîte.

Vous êtes stressé pendant l’entretien ? Dites-le à votre patron. Au début du rendez-vous, confiez-lui votre état d’esprit, cela vous enlèvera un poids et mettra aussi Duboss dans des dispositions moins belliqueuses à votre égard, si telle était son intention…

Respirez calmement pendant la réunion, et buvez de l’eau, avant, pendant, après : rien de tel pour redescendre en pression.

Évitez le stress avant l’entretien. Les matinées surchargées de boulot, les tâches qui vous gonflent, les rendez-vous pénibles. Concentrez-vous sur ce rendez-vous pour être totalement disponible d’esprit au moment d’y aller. Vous bosserez plus un autre jour, tant pis.

Soyez aware

etre-awareSource gif : giphy.com

Vous êtes certainement très intelligent et très doué, mais force est de constater que si Boss a à vous recadrer, c’est que vous avez failli d’une façon ou d’une autre. Alors acceptez vraiment ce point avec lui, comme une opportunité de vous améliorer. Si ce n’est sur le fond, au moins sur la forme. Écoutez activement votre Boss pour ne pas reproduire les mêmes erreurs : et si cela n’a rien à voir avec votre boulot, et que cela ressemble à une fumeuse entreprise politique, tirez-en, malgré tout, des leçons. La prochaine fois, on ne vous y reprendra pas.

Et si ça part en cacahuète…

conflit-travailSource gif : http://djdonovan.tumblr.com/post/46555135847

En l’espace de trois quarts d’heure, la réunion s’est finalement vraiment transformée en champ de bataille. Ça crie, ça pleure, ça pète les plombs… Tentez de réagir à temps. Proposez de reporter le point à un moment où les esprits se seront apaisés. Et si Boss refuse, sachez ne pas rentrer dans le cercle vicieux de l’escalade d’arguments. Laissez-le vociférer et écrasez. Encore une fois, ces histoires-là n’ont rien à voir avec la dignité ou la fierté, vous êtes dans le cadre du travail, et du jeu corporate. Même si vous vous emportez, sachez vous arrêter à temps pour rester dans le cadre. (Et réservez une salle de squash dans la foulée, vous en aurez besoin).

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *