Congés d’été : ça se prépare aussi au bureau !

Ne vous méprenez pas, nous ne sommes pas en train de vous conseiller de réserver au boulot tong-vignette-image1votre vol et vos sorties équestres à Palavas. D’ailleurs, c’est même l’inverse : nous vous recommandons fortement d’éviter ce genre de pratiques. Une étude a en effet récemment démontré que 35%* des personnes qui font leur réservation pendant les heures de bureau sont moins satisfaites de leur séjour que ceux qui ont réservé pendant leur temps personnel (source : Etude Don’t shop for travel at work, Rice University) L’explication étant qu’au travail, nous sommes plus fatigués et probablement plus à même de nous laisser tenter par des séjours plus chers, tout en manquant de clairvoyance sur la qualité réelle de ce que l’on réserve. Non, le propos ici est plutôt de vous parler de la période qui précède vos congés. Trop souvent négligée, elle joue pourtant un rôle capital. Parce que des congés, ça ne se prend pas, ça se prépare. Et qu’attendre les 48h qui précèdent votre départ pour organiser votre absence est le meilleur moyen de rater non seulement vos vacances, mais aussi votre retour…

Diffusez l’info

porte-voix-image2À J-1 mois de votre départ vers ce monde merveilleux composé de tongs et salades à la feta, assurez-vous que tout le monde ait bien en tête les dates de vos congés. Cela obligera mine de rien vos collègues et supérieurs à anticiper aussi votre absence ! Pour cela, rien de plus simple, répétez l’info plusieurs fois par semaine l’air de rien à la machine à café. À chaque nouveau dossier entrant, prévenez aussi vos interlocuteurs qu’en cas de dérapage sur les délais, il leur faudra patienter ou vous trouver un remplaçant. Bref, dites haut et fort que dans trois semaines, vous ne serez plus là, donc si besoin de vous confier des projets compliqués, c’est maintenant ou jamais !

À J-3 semaines… Anticipez votre organisation.

planning-image3Acceptez les derniers gros dossiers et planifiez scrupuleusement leur bouclage jusqu’à J-2 avant votre départ. Prévoyez une petite marge en effet pour les habituels glissements de planning.

J-2 semaines : donnez tout !

C’est là qu’il faut accélérer, faire des heures sup si besoin, boucler un maximum de projets, caler les derniers gros moments de stress (réunions capitales, rendez-vous clients…).

J-1 semaine : ralentissez.

L’erreur classique est en effet de faire des horaires à rallonge les quelques jours avant votre départ, et d’attendre le dernier moment pour boucler vos dossiers. Stress garanti. Résultat : vous arrivez en vacances épuisé, avec le sentiment en plus de n’avoir rien abouti, et si ça se trouve en prime, l’obligation de devoir finir vos mails ou échanges téléphoniques pendant les premiers jours de vos congés. Vous perdez au final une semaine de vacances à éponger votre nervosité, et vous revenez au boulot avec un goût de trop peu (et l’impression que définitivement ce travail vous spolie).

Si vous avez auparavant anticipé, cette dernière semaine devrait plutôt être l’occasion d’organiser votre absence et de faire place nette dans votre quotidien. Prendre le temps de bien briefer vos éventuels remplaçants, de rédiger des consignes claires à vos équipes, de mettre à jour vos tâches administratives, de ranger votre bureau… et de laisser l’image d’un méga pro à ceux qui vous entourent !

Téléphone pro et mails… Off !

telephone-plage-image4À part démontrer que vous êtes mal organisé ou que vous ne savez pas déléguer, répondre au téléphone en mangeant des chouchous sur la plage ne vous apportera pas grand-chose. Si vous avez correctement donné vos consignes avant votre départ, et désigné une personne référente pour prendre les décisions éventuellement compliquées à votre place, normalement, vous n’avez plus qu’à bronzer tranquille. Il est essentiel de savoir déconnecter au moins une fois dans l’année : pour son équilibre psychique, mais aussi familial. Le meilleur moyen est encore de laisser son téléphone professionnel au bureau et d’indiquer clairement avant de partir que vous ne souhaitez pas être appelé. Dans votre message d’absence sur votre boîte mail, précisez clairement les contacts des personnes référentes en votre absence.

Enfin, ne vous contredisez pas. Si vous indiquez à vos collègues qu’ils peuvent vous contacter pendant vos congés, ne soupirez pas en les maudissant s’ils le font ensuite… Assumez et soyez logique.

Anticipez aussi votre retour

Avant de partir, vous aurez certainement des rendez-vous à programmer pour la période qui suivra vos congés. De la même façon qu’on ne finit par sur les rotules avant ses vacances, il est stupide de recommencer le travail sur les chapeaux de roue. Essayez donc de vous ménager un emploi du temps raisonnable pour la semaine de votre retour : que vous ayez le temps d’échanger avec votre supérieur, vos remplaçants, de faire le tour de vos mails, et de vous replonger en douceur dans le quotidien. Cela vous évitera : 1. les insomnies la veille de votre reprise. 2. de perdre en trois jours tout le bénéfice de votre farniente…

Crédits photos : Stockvault, Stock Photo, PhotoXpress

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *