Comment réussir à poser les trois ponts de mai ?

vignetteCela n’aura pas échappé aux jolies pages de votre agenda : avec trois jeudis fériés en mai, il y a de quoi accumuler les miles autant que les coups de soleil et prendre d’assaut tout de suite les offres en ligne des voyagistes. Parce que qui dit jeudi off, dit grosse tentation de faire la paire avec le vendredi. Oui. A condition que vous arriviez à les poser ces ponts, la règle voulant qu’en général l’emploi du temps des uns équilibre celui des autres et que donc, tout le monde ait le droit à sa petite part du gâteau. Le problème, c’est que vous, vous avez faim, et vous voulez tout manger. Et comme nous, nous ne sommes pas là pour vous juger, mais vous aider, voici nos conseils pour vous goinfrer.

Stratégie N°1 : sortez-vous du débat

Vous êtes cinq ou six dans l’équipe, à débattre du meilleur partage possible des ponts. Toute la subtilité consiste à être présent lors des échanges, tout en vous niveaudifficulte1extrayant du potentiel conflit naissant. Commencez par dire lors du tour de table que vous êtes intéressé par deux voire trois des ponts, mais que vous ne voulez priver personne (évidemment). Attendez (et c’est fatal, cela va arriver, ne vous inquiétez pas) que le ton entre deux personnes commence à déraper (« En même temps, toi tu reviens de vacances », « oui mais toi tu as déjà eu le 1er de l’an »). Mettez innocemment un peu d’huile sur le feu : « Ne vous prenez pas la tête. Suffit de regarder qui de vous deux a le plus de travail ces jours-là ». Que la bataille commence. L’un va avoir à cœur de démontrer qu’il est parfaitement organisé et peut gérer ses absences. L’autre ne manquera pas de souligner ses nombreuses heures sup réalisées dernièrement et son légitime droit au repos… Et quinze minutes plus tard, le boss en aura marre, tranchera en accordant un pont à l’un, un pont à l’autre et mettra fin à la réunion. Vous n’aurez plus qu’à faire votre demande des trois ponts. Épuisé à l’idée d’un nouveau débat, et focalisé sur les deux hystériques qui viennent de se donner en spectacle, il acceptera.

Stratégie N°2 : au fond, je rends service

niveaudifficulte2A noter en préambule que cette technique est utile pour vos congés, moins pour votre carrière. Lorsque le sujet des ponts viendra sur la table, ne vous manifestez pas. Mais à mesure que le temps avance, faites semblant d’être en plein mois creux. Malheureusement, vous constatez que vous avez moins de travail, et qu’on vous croie, vous êtes le premier dépité ! Jouez cette pièce de théâtre sur tout le mois de mai. Pour rendre votre ennui crédible, passez dans certains bureaux (ceux où il n’y a pas de risques que vous récupériez vraiment du boulot) et proposez de rendre service… De faire quelques photocopies… Quand vous êtes à votre poste, prenez un air nonchalant, tout en travaillant vraiment pour le coup. Deux ou trois jours avant les ponts, proposez à votre boss de profiter de ces occasions pour au moins « liquider » un peu vos jours de congés qui s’accumulent inutilement. Prenez naturellement soin dès le 2 juin de crier à qui veut l’entendre que vous êtes à nouveau débordé (ce que vous serez de toute façon, pour rattraper le retard pris depuis un mois à incarner un parfait mollasson).

Stratégie N°3 : le fait accompli

niveaudifficulte3Stratégie kamikaze s’il en est, elle requiert un maximum de confiance en soi et un certain goût pour le risque. Il s’agit tout simplement de ne pas tenir compte du fait que normalement votre statut vous oblige à consulter les autres, dont votre supérieur, avant de prendre des libertés et des congés. Annoncez l’air de rien que de votre côté, vous aviez prévu depuis l’année dernière que vous prendriez ces ponts, parce que vous avez successivement un mariage, un déménagement et l’anniversaire de votre fille illégitime découverte il y a six mois (vous ne pouvez pas manquer ce premier évènement, ça ferait mauvais genre). Dites que vous êtes désolé mais que vous n’avez pas le choix ! Naturellement, acceptez que tout le monde vous méprise à vie (enfin, bon, pas d’inquiétudes, dans trois mois ils auront oublié).

Stratégie N°4 : le fait encore plus accompli

niveaudifficulte4Niveau d’exposition au danger (de se faire virer notamment) : haut. Mais un week-end à Dubrovnik vaut bien quelques sacrifices. Alors là, c’est simple. Lorsqu’on vous demandera si vous voulez prendre l’un des ponts, refusez gentiment, avec un regard tout en douceur et bienveillance, en lâchant, magnanime, que « vous n’avez rien de spécial à faire, alors autant que d’autres en profitent ». Puis les jours J, ne venez pas. Prétextant une sinusite – tout à fait de saison -, puis un problème de garde d’enfant ou d’animal selon ce que vous avez, puis un malentendu « c’est pas vrai ? J’étais sûr de l’avoir posé ce pont ! On a dû mal se comprendre ! ». Les conséquences peuvent être dramatiques, mais vos week-ends respectifs à Ibiza, Florence et en Côte d’Armor resteront gravés dans votre cœur à jamais.

weepil décline toute responsabilité quant aux éventuelles conséquences sur votre CV.

Stratégie bonus : spéciale cumulards

Bonus-image5Une pensée émue en effet pour les salariés qui posent des congés à l’occasion des vacances de leurs enfants, et qui auront le douloureux sentiment de se faire avoir pendant toute cette période. Car être en congés un jeudi-vendredi quand on sait que personne ne travaille, ça n’a pas la même saveur. C’est particulièrement le cas pour les habitants de la zone scolaire A, qui potentiellement passeront à côté de deux des trois ponts. Alors que faire ? Rétablir l’équilibre. Puisque vous, vous n’aurez pas le plaisir du pont, autant que personne ne l’ait ! Pour cela, attendez tout d’abord que vos vacances soient validées. Puis semez insidieusement l’idée que les ponts sont une très mauvaise idée pour l’entreprise cette année : vous avez entendu un client important se plaindre de ce mois de mai à trous, OU vous venez de décrocher un contrat qu’il faut absolument boucler pour les vendredis 2 et 9 mai, OU vous avez appris que chez la concurrence, aucun salarié n’avait le droit aux ponts… Répétez ce message en réunion, auprès de vos supérieurs, dans les couloirs… Et récoltez : il y a fort à parier que Big Boss aura à cœur de remettre la valeur travail au cœur de l’attention de vos collègues… en limitant les ponts à un par personne sur tout le mois. Vous n’y aurez rien gagné sur le fond. Mais au moins vous serez seul en congés.

Crédits photos : Freepik, Stock Photo

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *