Comment ne pas avoir le blues de la rentrée ?

éviter-blues-rentree« Tu te rends compte, ça y est c’est la rentrée ! ». « Oui, merci Josiane, je m’en rends bien compte grâce aux vingt mille mails que j’ai depuis lundi, et à vos têtes dépitées à tous. AAAAAAAHHHH laissez-moi repartir en DeLorean au moins de juin par pitié ! » Voilà à peu près dans quel état vous êtes à chaque fin d’été, depuis cinq, dix, vingt ans, voire depuis que vous avez mis les pieds en petite section de maternelle : la rentrée, c’est la loose. L’équivalent d’un lendemain de soirée qui a duré deux mois et demi : autant dire que la gueule de bois est du genre XXL. Alors, c’est avec toute notre compassion et une tape sur l’épaule amicale virtuelle que nous partageons avec vous ces quelques conseils qui ma foi peuvent aider. (Dans le cas contraire, regarder abondamment de nouvelles séries, en attendant que ça aille mieux).

Source gif : imgur.com

Vous n’êtes pas « votre travail »

workaholicSource gif :www.sororitylyfe.com

En France, on a coutume de se présenter par son activité professionnelle. « Salut, je suis Paul, et je suis agent immobilier ». Quelle tristesse et quelle drôle d’habitude. Avouez que « Salut, je suis Paul, je suis papa, j’aime bien rigoler, la piscine et le jonglage », ça a quand même plus de style. Parce qu’il y a une différence énorme entre faire un travail et être un travail. On bosse pour gagner sa vie, il est toujours utile de le rappeler, surtout quand septembre approche et que le poids de l’automne, des objectifs et la mauvaise humeur repointe le bout de son nez. Alors tant mieux si on y accorde plus d’importance qu’un simple moyen de subsistance, mais à condition de ne pas déraper dans l’angoisse existentielle. Un boulot stressant ne changera pas du jour au lendemain, mais notre façon de concevoir chaque journée qui commence est quant à elle, totalement malléable. Quand on n’aime pas son travail, à défaut de pouvoir le quitter, on peut au moins décider de la place psychologique qu’on lui octroie. Prévoyez des à-côtés plus sympatoches, des moments en famille ou entre amis plus souvent, des petites pauses comme de simples promenades à pied entre midi et deux. Bref, n’organisez plus toute votre vie autour de votre travail : mais plutôt votre travail au milieu de votre vie.

Fixer les prochaines vacances

reprogrammer-vacancesSource gif : www.youtube.com

Rien de pire que ré-attaquer le boulot en ayant comme seule perspective de repos un ou deux jours fériés sur les six prochains mois. Dépêchez-vous par conséquent d’ouvrir votre agenda pour rayer des dates : même si c’est dans six mois, acter votre prochaine pause vous aidera à vous projeter dans le temps avec davantage de sérénité.

Se lancer un challenge personnel

challenge-sportifSource gif : wifflegif.com

Quand on a le moral dans les chaussettes, la tentation est grande de muter en grosse limace. Sortir de sa zone de confort peut permettre au contraire de faire diversion de toute cette morosité. Vous choisirez un challenge professionnel : une nouvelle compétence, un progrès dans un domaine où vous avez du chemin à faire, ou simplement de nouveaux projets. Ou vous investirez côté perso : remise au sport, inscription à un semi-marathon dans six mois, changement de régime alimentaire, méditation, reprise en main de votre culture générale… Les possibilités ne manquent pas.

Changer ses habitudes au boulot

routine-travailSource gif : www.iap-tv.com

L’idée est de bousculer un peu ses repères pour s’offrir un peu de nouveauté !

La première astuce commence par le bureau lui-même : si vous le pouvez, changez sa disposition, l’agencement de la pièce avec vos collègues ou simplement la déco. Un brin de rangement et un tour à la benne pour toutes les vieilleries peuvent également aider à se sentir mieux.

Étudiez également vos horaires : décidez par exemple de venir un quart d’heure plus tôt pour commencer la journée de façon plus détendue.

Pensez aussi à égayer vos trajets : les allers-retours quotidiens maison-boulot participent grandement du sentiment de lassitude. Essayez de varier : naturellement, on vous souffle à l’oreillette de penser covoiturage et croyez-nous c’est idéal pour casser un peu la routine et la solitude !

Enfin, laissez un peu tomber les salles de réunion austères. Si vous en avez la possibilité, retrouver vos collègues dans un café sera tout aussi efficace, la déco moche en moins.

Se mettre au « zéro râlerie »

arrêter-de-râlerSource gif :www.reactiongifs.com

Ou tout autre mouvement personnel positif pour votre aura et votre santé. Les ouvrages ne manquent pas. Les tendances non plus (on cite au hasard le #HappyMorning qui incite à se lever aux aurores pour faire du sport). Il ne s’agit pas de vous transformer en moine Shaolin mais de vous forcer un peu à voir la vie autrement. Et si vous n’êtes pas branché développement personnel, prenez-le comme un moyen de vous tenir à la page et de rester jeune !

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *