Comment faire ami-ami avec un collègue que l’on déteste ?

boxerParce qu’après tout la haine ça ne mène jamais bien loin au bureau, ou alors trop loin, voire dehors. Pourtant, c’est le lot quotidien de milliers de salariés : vivre de 9h à 18h aux côtés d’un collègue qu’on ne peut pas supporter. Une simple promenade sur Twitter et on a un florilège de pétages de plombs en préparation : « Je vais tuer ma chef », « Je ne supporte plus mon collègue », et on passe sur le hashtag #Ihatemyjob. Comme pour info, la purge n’est encore légale que dans un film américain qui fait peur, et qu’on n’a qu’une vie, a priori à ne pas gâcher, voici un process en 5 étapes pour remettre vos relations sur une voie pacifique.

Étape n°1 : identifier le problème

identifier-problemeIl ne s’agit pas de revenir dans le détail sur les innombrables incidents qui ont creusé le fossé entre vous, mais de considérer la relation d’un point de vue global et de le résumer en une phrase. Pourquoi vous ne l’aimez pas : ça, ça devrait être assez facile. Pourquoi il ne vous aime pas : c’est là qu’il faut y mettre du vôtre. On dit souvent qu’il faut être deux pour se disputer… Quand bien même vous êtes convaincu d’avoir raison et d’être plus innocent que Simba dans le Roi Lion, il y a forcément chez vous quelque chose qui objectivement l’énerve. Vous avez répondu sèchement à ce qui était juste une question et que vous avez pris pour une agression ?… Vous êtes arrivé en retard à une réunion qui comptait beaucoup pour lui ?… Vous l’avez remplacé un jour dans ses fonctions et fait mieux que lui ?… Vous faites du tort à un collègue qui est aussi son meilleur ami ?… Bref, posez-vous et écrivez sur un papier les motifs éventuels de son agacement envers vous.

Étape n°2 : corriger ce problème

corriger-ses-erreursAutrement dit, arrêtez de mettre de l’huile sur le feu. Même si vous vous dites que cette personne n’est ni votre chef ni votre mère et n’a donc aucune légitimité à vous demander de changer, faites un petit effort. S’il vous reproche de prendre des initiatives qui nuisent à son travail, limitez la casse : évitez de déborder sur ses plates-bandes. S’il vous accuse d’être un tire-au-flanc parce que systématiquement vous râlez lorsqu’il organise des réunions à 19h, surprenez-le en vous libérant un soir (allez, une fois par an vous pouvez le faire). Et par pitié, ne médisez plus en public : prenez sur vous lors de sa prochaine trouvaille pour vous mettre les nerfs en pelotes et ne déblatérez plus sur ses frasques.

Étape n°3 : sourire, sourire, sourire

sourirePeu importe que vous ayez l’air schizo en lui souriant à tout va du jour au lendemain. Ça le surprendra sûrement, il restera sur ses gardes, mais vous verrez que l’ambiance s’apaisera immédiatement. Quand on sourit aux autres, on agit aussi sur soi-même. Se mettre dans une posture positive finit par nous rendre positif et par modifier notre perception des autres. Si c’est trop dur, imaginez quand vous le croisez que vous avez affaire à un autre : un client, un chef, quelqu’un avec qui vous n’avez pas le loisir d’exprimer votre ressentiment. Au bout de quelques jours, vous prendrez l’habitude de votre magique poker face ! Et si vous êtes un adepte des relations sincères, n’allez pas y voir une trahison à votre intégrité. Vous n’êtes pas en train de lui proposer un abonnement barbecue dans votre jardin, mais simplement de faire un petit sourire.

 Étape n°4 : donner un nouvel essor à votre relation

nouveau-departUne fois la relation pacifiée – entendons par là que vous ne vous agressez plus à chaque fois que vous vous parlez – il faut emprunter une voie nouvelle. Dans les couples, on dit « se donner une seconde chance », là c’est pareil. Et pour repartir à zéro, il faut aller sur des terres inconnues. Aller en déplacement ensemble si vous ne l’avez jamais fait. Se lancer dans un nouveau projet qui n’a rien à voir avec vos fonctions habituelles. L’idée est de vous retrouver dans une situation inédite qui ne peut être entachée par aucun mauvais souvenir, et dans laquelle vous serez surpris de découvrir votre collègue sous un nouveau jour.

Étape n°5 : instant émotion

declaration-amitieTout va mieux ? C’est le moment de graver cette belle ambiance dans le marbre, et pour cela rien de telle qu’une petite déclaration gentille un soir, en partant du boulot. Quelque chose du style « ça n’a pas été simple entre nous, mais maintenant c’est vraiment super, je voulais te remercier pour tes efforts et le fait que tout se soit arrangé ». Happy end garantie.

Crédits photo : Stockvault, Stock Photo

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *