Comment arrêter de râler au volant ?

courtoisie-volant« Et alleeeezz que je déboîte sans mettre de clignotant », « regarde moi ce c** à quelle vitesse il roule », « TU L’AS EU OÙ TON PERMIS C******* ? », « ça devrait être interdit de rouler aussi lentement sur l’autoroute »… Dites, vous savez que c’est fatigant de vous entendre grogner de la sorte à chaque fois qu’on monte avec vous en voiture ? Pour vos enfants, votre conjoint(e), vos amis bien sûr… et pour vous aussi ! Vous ne vous en rendez pas compte mais vous vous usez sacrément les batteries et le moral à éructer tous les jours vos grossièretés. Sur le coup, vous avez l’impression que ça vous défoule ; en réalité vous vous maintenez en permanence dans un état de nerfs très mauvais pour votre beauté intérieure. Comment se calmer une bonne fois pour toutes sur la route ?

Source gif : tumblr.com

La méthode pour arrêter de râler

jarrete-de-ralerChristine Lewinski est experte en râlerie, si bien qu’elle a créé une méthode pour s’en sevrer, et le best-seller qui va avec (J’arrête de râler). Cette mère de famille est partie du constat qu’elle finissait souvent épuisée le soir, avec le sentiment d’avoir passé une journée « pourrie »… Or, les journées en question n’avaient rien d’extraordinaire, elles étaient même tout à fait normales. En y regardant de plus près, elle s’est rendu compte qu’elle râlait du matin au soir et que toute cette mauvaise humeur accumulée finissait par l’user. Partant du principe qu’il faut environ 21 jours pour se sevrer d’une mauvaise habitude, elle s’est fixé ce cap pour en finir avec la râlerie.

Concrètement la méthode :

– Mettez un bracelet à l’un de vos poignets symbolisant votre « arrêt de râler ».

– À chaque fois que vous craquez, changez le bracelet de poignet et recommencez à zéro le décompte des 21 jours.

Interrogez-vous aussi sur les origines de votre comportement. Pourquoi râlez-vous au volant ? En général, on se plaint des autres pour se placer en position de supériorité : auriez-vous besoin de reconnaissance, cher ami ? On peut aussi râler pour combler les blancs, voire créer du lien avec les passagers de sa voiture : réfléchissez-y, croyez-vous vraiment que cela soit une bonne façon de procéder ? On peut enfin ronchonner tout simplement parce qu’on n’est pas bien, c’est un moyen de l’exprimer. Dans ce cas, cherchez l’origine du mal (qui ne réside certainement pas dans la trop longue durée du feu tricolore pour passer au vert).

Changer ses habitudes

La première raison pour laquelle on houspille la terre entière sur la route est : le stress lié au temps… On a peur d’arriver en retard, ou on n’a pas envie de passer sa vie dans la voiture : le moindre obstacle qui contrarie notre objectif prend alors des airs d’ennemi intime sur lequel on a vite fait d’aboyer.

Vous ne pouvez pas changer les embouteillages ou le nombre de feux qui passent au rouge dès que vous approchez : mais vous pouvez agir sur votre emploi du temps à vous.

– Pour les angoissés de la ponctualité, prenez la décision pour de bon : partez systématiquement dix minutes plus tôt, et roulez tranquille !

Et pour ceux qui souffrent de passer trop de temps sur la route, essayez de voir sur quoi vous pouvez jouer : arriver plus tôt le matin et partir plus tôt le soir pour éviter les heures de pointe ? Ou faire carrément l’inverse selon ce qui est négociable avec votre patron et vos contraintes… Demander un jour de télétravail à votre boss ? Faire du sport une fois par semaine à côté de votre boulot pour éviter les bouchons du soir ? Ou mettre à profit vos trajets en écoutant des podcasts plutôt qu’en subissant la playlist de la radio par exemple…

Un peu d’empathie

énervant-voiture

Ça pourrait être vous. Enfin, on n’espère pas pour vous, mais ça pourrait. Source gif : buzzly.fr

Prenez cinq minutes pour visualiser la scène suivante :

une petite dame roule trop lentement devant un monsieur très énervé qui accentue la pression à coups de klaxon, appels de phare, gestes outranciers… Cette vieille dame, figurez-vous que c’est… votre maman !… Pas très assurée certes sur la route, mais qui ne mérite sûrement pas tel traitement…

Alors ? Par qui êtes-vous le plus agacé ? Votre maman ou le rustre qui lui hurle dessus ?

Les gens que vous insultez au volant ne sont pas des « voitures » : ce sont des êtres humains, qui ont peut-être leurs raisons d’être perdus, lents, maladroits… Cela peut être le cas de personnes que vous aimez, ou même le vôtre demain…

Covoiturer pour aller au travail

covoiturage-domicile-travailOn est bien placé pour vous en parler. Covoiturer est bon pour votre santé ! Vous roulez moins en partageant les tours de conduite avec vos covoitureurs, vous êtes moins fatigué et clairement vous avez moins d’occasions de pester. C’est aussi l’occasion de réaliser que d’autres peuvent conduire d’une façon totalement différente de la vôtre : une conduite plus cool, moins nerveuse. Et de mesurer à quel point c’est agréable pour les passagers (et pour vous).

Bonus pour ceux qui pensent que râler au volant est un moyen d’être plus actif dans la conduite et donc d’arriver plus vite à destination : vous constaterez – avec joie on n’en doute pas – que le trajet ne dure pas plus longtemps avec un conducteur qui ne maugrée pas… Il passe même plus vite quand tout le monde est détendu !

Source gif : britneyspearsgifs.tumblr.com

0 Commentaires

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *