Billet d’humeur : arrêtez de vouloir être positif au travail !

etre-positif-au-travailComment être positif au travail ? La question est partout. Or ce qu’il y a d’agaçant avec cette formule, c’est qu’on a l’impression que le bonheur au bureau dépend intégralement de sa propre capacité à faire risette de 9h à 18h. Et qu’au passage on reprend une couche de culpabilité quand on n’est déjà pas au top au boulot… Loin de nous l’idée de nier que l’humeur se manage, et qu’on a tous une part de responsabilité dans le fait de répandre des ondes positives ou pas au bureau. Mais enfin, se demander tous les quatre matins comment être positif au travail revient à avouer que spontanément on n’est quand même pas très jouasse de bosser là, et à chercher un moyen de le masquer. Un cours de maquillage en somme. Pas terrible niveau épanouissement vous en conviendrez…

 

Non, le bonheur au travail ne réside pas uniquement dans le fait de lire ses mails une heure après son arrivée.

Ni dans le fait de manger des fruits frais à la pause de 10h. Ni dans celui de fêter l’anniversaire de ses collègues, ne pas mettre le chauffage trop fort, boire du thé à la place du café, féliciter son chef plutôt qu’attendre de la reconnaissance, ou encore partir plus tôt un soir par semaine. Bien que toutes ces initiatives puissent être salutaires pour votre santé mentale ou physique, on ne dit pas.

heureux-au-travailSource : www.reddit.com

Mais il y a une différence entre prendre soin de soi et de son quotidien, et résoudre un problème de mal-être au travail. Si vous ne vous entendez pas avec votre chef, ce n’est pas en mangeant trois amandes et dix baies de goji par jour qu’il vous invitera chez Flunch à la fin du mois. C’est précisément ce qui nous agace dans la pléthore d’articles qui nous refourguent des astuces « positive attitude au boulot » : véritables recueils de conseils futiles donnant l’impression que la clé du bien-être professionnel est dans la couleur d’une coque d’I-phone. Le travail mérite mieux que cela. Votre bonheur aussi.

Alors quoi ? On ne peut rien faire ?

bonheur-au-travail

Source : fythehills.tumblr.com

 

Si : réaliste ne rime pas forcément avec fataliste. Mais, diable, un peu plus de profondeur ! On ne retape pas les fondations d’un immeuble en repeignant la façade en rose. Être positif ça ne veut rien dire. Être bien, ça oui, on valide. Parce que le bonheur au travail est une recherche, un dessein, une expérience qui ne se construit pas à coups d’astuces matérialistes. Pour les adeptes du Petit Robert ou des Feux de l’Amour, cela revient un peu à confondre attitude et sentiment.

Oh bien sûr, vous en connaissez : des gens qui sourient tout le temps et donnent de belles leçons de « positivité » à tous ceux dont les maxillaires ne rentrent pas dans les rangs. Ceux qui exhibent leur mine réjouie dès 8h du matin. Les ravis du sapin de Noël de l’entreprise et les bienheureux des réunions tardives. Mais on vous donne un scoop : soit ils font semblant, et ils ne tiendront pas plus de six mois. Soit ce sont vraiment des gens heureux dans leur job, pas juste positifs, vraiment heureux et à leur place. Alors : on vous voit, vous demander, « comment ils font ». Le secret c’est que justement ils ne « font » pas : ils « sont »… vraiment contents de leur situation et épanouis dans leur quotidien. Avec une conséquence directe : oui, ils sont positifs chaque jour, chaque semaine, chaque année…

Vous voyez bien ? La bonne humeur, ça ne s’improvise pas !

On peut jouer la carte du sourire forcé une ou deux journées par an après les bonnes résolutions du réveillon… Mais si vous en êtes à chercher des conseils pour être positif au travail, c’est probablement que votre air aimable corporate est devenu aussi durable qu’un discours de Donald Trump.

donald-trumpSource : www.youtube.com

Va chercher bonheur, pour de bon. La bonne humeur suivra. Et pour cela, pose-toi les bonnes questions :

– es-tu dans le bon job ?

– es-tu dans la bonne entreprise ?

– fais-tu le bon métier ?

– Et si oui, peux-tu réussir à régler les problèmes que tu rencontres, là tout de suite, maintenant ? Par exemple, plutôt que chercher à esquiver, la boule au ventre, toutes les réunions du soir parce que tu dois aller chercher tes enfants à la nounou, ne peux-tu pas parler franchement à ton boss et lui demander d’éviter avec toi ce genre de pratiques ? Si un collègue te malmène, ne peux-tu pas simplement lui demander d’arrêter ? Tu as trop de travail : est-ce vraiment les autres qui t’en demandent trop ou toi qui dois changer ta façon de bosser ?

Bref, tu l’auras compris, un peu d’introspection ! En 2016, cherche à être heureux, et laisse la positive attitude à Lorie.

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *