6 idées reçues, bizarres et faussement bienveillantes, sur l’embauche de personnes handicapées

Handicap-et-travailSur le podium des discriminations en entreprise, on demande la couleur de peau, le sexe (féminin) et… le handicap ! Et normalement avec tout ça, on est bon pour préparer un bon bouillon amer de non-dits, tabous, prétextes bidon et mauvaise foi. Ce qui est assez cocasse quand on y pense, à l’heure où la mode est à l’entreprise « libérée », alors que bon, peut-être faudrait-il commencer par libérer les gens eux-mêmes et les mentalités… Les amis, aujourd’hui la pression est partout, la course à la performance aussi : ne nous faisons pas plus inhumains que notre société ne l’est déjà. Ni plus bêtes, si possible. Nous ne parlerons pas ici des traditionnelles idées reçues qui ont été maintes fois combattues (« les personnes handicapées sont plus absentes » = faux, « elles coûtent plus cher » = faux, « elles s’intègrent moins bien » = faux…). Pour refaire le point sur tout ça, on vous conseille cet article. Nous nous intéresserons plutôt à ces petites perfidies qui persistent et signent dans les raisonnements d’apparence bienveillants, nourris de croyances faussement positives et donc résolument à côté de la plaque. Ces idées bizarres plus que reçues d’ailleurs, qui ont certes passé la barrière du handicap mais se prélassent allégrement dans le bain des B.A autoproclamées n’ayant d’intérêt que pour ceux qui s’en attribuent le mérite… En voici six. (Les pires pour nous, mais libre à vous de continuer à balancer en commentaires !)

 

Idée bizarre – et faussement positive – n°1 : la personne handicapée que j’embauche me sera éternellement reconnaissante (voire sur trois générations, ils me vénéreront).

merci

Source : allthesupernaturalgifs.tumblr.com

A priori, comme toute personne postulant à un job et le décrochant, la personne handicapée sera certainement ravie et reconnaissante de la confiance que vous lui témoignez en la choisissant. Mais de là à ériger une statue en votre honneur ou à tomber en esclavage pour vous rendre la pareille, n’exagérez pas. Il semblerait donc que cette personne soit destinée à effectuer une tâche, pour votre compte, en échange d’une rémunération, qui, si ça se trouve, n’a rien de mirobolant en plus. Alors redescendez… Vous ne venez pas de lui offrir des jambes, la vue, l’ouïe ou un chèque de trois millions d’euros, mais juste de lui faire signer un contrat (et un CDD on parie en prime, bravo…).

 

Idée bizarre – et faussement positive (pour vous-même encore une fois) – n°2: pas besoin de négocier le salaire, la personne handicapée sera déjà ravie qu’on lui offre un boulot.

wake-up

Source :giphy.com

Condescendant, en treize lettres et deux mots.

 

Idée bizarre – et faussement positive – n°3 : il ne faut faire ABSOLUMENT AUCUNE différence entre le salarié handicapé et les autres.

what

Source : www.reddit.com

On rappelle que l’idée c’est d’accepter la diversité, pas de la nier. À vouloir forcément faire « comme si » le handicap n’était pas là, faites gaffe, vous pouvez finir par vous conduire en parfait idiot. Il n’y a rien de mal à réorganiser des bureaux pour qu’une personne qui marche difficilement ait moins de déplacements à faire dans la journée. Ce n’est pas attirer l’attention sur le handicap, mais tout simplement être réaliste et pour le coup, bienveillant. Ce que les personnes handicapées rejettent a priori, c’est la victimisation à outrance ou la mise en emphase systématique de leurs difficultés. Mais enfin, elles n’ont rien non plus contre un petit coup de main tant que ça reste logique, discret et justifié.

 

Idée bizarre – et faussement positive – n°4 : cela va faire grandir tout le monde… Plus personne n’osera se plaindre dans le service, en comparaison.

cute

Source : reddit.com

Ok, donc là, vous vous prenez carrément pour un faiseur de miracle. On ne doute pas qu’embaucher une personne différente permette d’enrichir des équipes et de bousculer quelques esprits chagrins-fermés. Mais ne rêvez pas : les boulets resteront les boulets. Jacqueline, l’hypocondriaque, continuera de se plaindre vingt fois par jour de ses varices, même si elle partage son bureau avec un collègue vissé à des béquilles ou un fauteuil roulant.

 

Idée bizarre – et faussement positive (pour vous-même, oui, encore) – n°5 : j’embauche une personne handicapée, je case ça dans mon bilan RSE et zou, à moi la gloire.

social-washing

Source : tumpaasaaye.tumblr.com

Ça, ça s’appelle du social washing. Et sachez qu’en général, les RH, c’est comme les lessives, si vous n’êtes parfait qu’en surface, le résultat est rarement une réussite. Non, non et non. Nous la RSE tout ça, on adore, ce n’est pas le problème, et c’est super si les managers l’ont suffisamment en tête pour bousculer leurs modes de pensées. Mais, il y a une nuance entre être une entreprise responsable humainement, et embaucher des collaborateurs différents parce qu’on croit en la diversité. Et faire la même, juste pour remplir des cases du bilan RSE et des campagnes de com’ Bisounours alors qu’on est aussi intéressé par l’évolution de la société que Picsou par la consommation collaborative.

 

Idée bizarre « faussement positive (pour vous-même, définitivement) » n°6 : par ici les subventions…

subvention-entreprise

Source : alligator-sunglasses.com

Hé l’ami, il paraît que vous vous êtes dit qu’en embauchant ce salarié handicapé, vous pourriez toucher quelques billets de l’Etat. (Vous n’avez pas honte ? Comme dirait Twitter). Cela dit, dans l’idée, on ne va pas trop critiquer si cette mesure incitative fonctionne. Mais enfin, reconnaissez que votre morale est proche du néant. Et surtout, n’oubliez pas que derrière les lois et les calculs, il y a le libre arbitre de la personne que vous embauchez, qui peut tout à fait refuser d’être étiquetée « travailleur handicapé ». Et là, ça n’arrange pas vos affaires, mais c’est trop tard et, désolés, mais on le pense : c’est bien fait.

 

 

Allez, soyez chic, lisez les CV sans arrière-pensées, vous ne changerez pas toute la société, mais au moins la vôtre, et ce sera déjà un grand pas pour un monde moins monotone, plus créatif et où il fera bon travailler !

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *