10 idées pour combler les blancs quand ton chef t’invite à déjeuner

travail-dejeuner-chefIl y a deux types de déjeuner avec son boss. Le déjeuner de travail, qui ne pose généralement pas de soucis, puisque vous savez mutuellement quoi vous dire sur le dossier bidule. Et le déjeuner « management », où Chef décide de t’inviter en tête à tête pour, au choix, te remercier/ motiver/ recadrer ou même par simple sympathie pour ta bouille de cadre qui a su conserver quelque fraîcheur. C’est dans ce second contexte que ça se corse : parce que passé les deux-trois trucs que chef avait prévus de te dire, il se peut tout à fait qu’il n’est plus rien à te raconter. Et qu’il compte sur toi pour tailler une bavette, autre que celle qui se trouve dans ton assiette. Évidemment l’enjeu est capital : si chef s’ennuie par ton manque de conversation, c’est ton collègue Francky le bout-en-train qui prendra rapidos ta place à Courtepaille. Mais si à l’inverse tu parles trop, tu peux automutiler ta carrière au détour d’une confidence qui aurait dû rester privée (ta fameuse passion pour les collections de brosses à dents usagées). Voici donc de quoi t’inspirer, en toute quiétude.

Crédit photo : freepik.com

Thème voyage : « Ah, vous commandez une pizza ! Vous, vous aimez l’Italie non ? »

selfie-tour-de-piseCrédit photo : http://www.beekoz.fr/histoire-traditions/tour-de-pise-penche-tourisme-insolite-histoire-italie-architecture/

Point de départ : la carte du restaurant. Tu vas bien trouver un plat ou un ingrédient d’un autre pays qui te permettra de rebondir. Attention, toutefois, l’objectif étant de donner la parole le plus longtemps possible à ton interlocuteur, choisis une destination « basique ». Par exemple, on ne doute pas que causer de la Laponie soit intéressant (certes, tu viens de voir une déco de Noël, c’est pour cela que tu es parti là-dessus), mais ton chef a potentiellement moins de chances d’y avoir séjourné que dans un hôtel de Vintimille.

Une fois qu’il est lancé : pose TOUTES les questions que tu peux sur la destination. Tu dois quitter la table mieux informé que le Guide du Routard.

Si ça ne prend pas : reste sur le sujet vacances (« Non ? Vous ne connaissez pas l’Italie ? Et alors, quelle est votre destination de vacances de prédilection, dites moi tout !). Ton boss passe bien au moins un week-end de sa vie en dehors de sa ville. S’il répond Roubaix, garde ton sang-froid, et pars sur les questions « spécialités culinaires »/prix du mètre carré, souvenirs d’enfance etc. Tu peux le faire.

Et s’il te pose la question à toi : reste évasif et sois inintéressant, n’oublie pas que c’est lui qui doit parler, pas toi. Un « oui, j’ai été une fois à Rome mais je connais mal » fera tout à fait l’affaire.

Thème famille : « Alors, quel âge il a, le grand, maintenant ? »

pire-photo-familleCrédit photo : les pires photos de famille

Point de départ : le calendrier (halloween, les vacances scolaires, la fête des pères et on en passe, les occasions donnant lieu à des sujets de discussions faciles sur la famille ne manquent pas). Il a des enfants ? On y va à fond sur les questions d’école, d’avenir, « vous avez été concerné par le changement de rythme scolaire », « et à Noël, ils ont été gâtés ? » blabla… Il n’en a pas : on parle du conjoint, son métier, leurs hobbies… Il n’en a pas non plus : ok, évite totalement le sujet, tu vas droit dans le mur.

Une fois qu’il est lancé : parler de la difficulté de concilier vie de patron et vie perso. Ok, ça fait fayot, mais c’est une réalité et le sujet est intarissable.

Si ça ne prend pas : n’insiste pas, la vie perso peut s’avérer un terrain dangereux. En cas de glissade, reste sur le bas côté, redemande une carafe d’eau et passe au thème suivant.

Et s’il te pose la question à toi : sors quelques banalités bien dans la norme (« c’est sûr qu’après les fêtes les enfants sont crevés »), toujours inintéressantes pour qu’il n’ait pas envie que tu développes.

Thème carrière : « Comment êtes-vous arrivé jusqu’ici ? » (Regard et moue admiratifs)

pire-photo-entrepriseCrédit photo : les pires photos d’entreprise

Point de départ : son dernier fait d’armes (nouveau client gagné, résultats de l’entreprise, embauche récente…), idéal pour lancer une discussion sur « tout ce chemin parcouru »… On en connaît peu qui résistent à refaire l’histoire de leur CV, et même de leurs casseroles…

Une fois qu’il est lancé : normalement vous en avez pour une heure, donc vous pouvez attendre tranquillement.

Si ça ne prend pas : impossible.

Et s’il te pose la question à toi : surtout pas, parce qu’il est fort probable que tu aies un peu menti sur ton CV il y a cinq ans (si, si, on te connaît), alors ne prends pas le risque de raconter l’histoire différemment. Centre ta réponse sur ton poste actuel : « oui, j’ai fait plusieurs boîtes, et je peux dire qu’aujourd’hui j’ai trouvé mon équilibre » blablabla + détails où tu expliques que son entreprise est la meilleure et à jamais dans ton cœur.

Thème passion : « Comment va votre scalaire ? »

taxidermie-hobbieCrédit photo : foundshit.com

 

Point de départ : soit tu connais sa passion et c’est facile. Soit tu vas devoir le faire parler et pour cela le coup du « j’ai un ami qui vient de toucher une grosse somme d’argent, il s’est fait construire un aquarium géant, et vous, vous feriez quoi ? » fonctionne à merveille. Plus simplement, tu peux lui demander s’il a des passions, ça marche aussi.

Une fois qu’il est lancé : bon courage. Surtout si sa passion est un animal de compagnie, là il peut vraiment parler très longtemps et dans le détail d’une chose qui, sauf hasard suprême, ne t’intéressera absolument pas. Mais rappelle-toi que tu n’es pas là pour passer un bon moment de toute façon.

Si ça ne prend pas : essaie quand même de lui parler de sa voiture, ou de ce club de golf que tu as repéré dans son bureau. Si tu es un minimum malin, tu auras bien relevé un ou deux détails (si ce n’est pas le cas, refais sur le champ toute ton éducation).

Et s’il te pose la question à toi : balance une passion un peu exotique (sinon tu vas finir par passer pour quelqu’un de totalement transparent) du style tu joues à la pétanque au niveau international ou tu viens de battre le record de la Tour Eiffel la plus haute en tricot.

Les thèmes à éviter

cinquième-element

Source : www.reactiongifs.com

– Thème travail. S’il a envie de parler boulot, tu le sauras rapidement. S’il n’en fait rien, c’est qu’il veut une pause tout simplement. Et il serait bien rustre de ne pas respecter cela.

– Thème actu. Parce que toute actualité a son versant politique, et qu’il est préférable d’éviter de mettre les pieds là-dedans. Option 1 : il est de gauche, toi de droite et inversement, ça se sent en deux minutes et l’aversion suit la minute suivante. Option 2 : vous êtes du même bord, et il se chargera de le répéter à tes collègues qui, par le même procédé qu’en option 1, te détesteront prochainement.

– Thème culture. Soit tu es super calé et il va beaucoup t’en vouloir de le faire passer pour inculte. Soit c’est lui qui est totalement érudit et qui va te prendre pour un gros neuneu. À éviter donc : les questions sur le dernier film ou expo vus, livre lu…

– Thème santé. Bien sûr. Rien de plus anxiogène.

– Thème « collègues » / « Tiens et si on parlait de machin ». Le piège. Bien sûr, c’est tentant : tu aimerais bien profiter de ce petit tête à tête pour passer le message que Jacqueline n’a pas inventé la poudre et que Bernard commence à te chauffer comme il faut avec ses réflexions sur tes projets. Oublie. D’abord par dignité, tu n’es plus à l’école. Ensuite, parce que tes collègues sauront inexorablement que tu palabres avec Duboss dans leur dos. Enfin, parce que Chef n’est pas stupide non plus, il te voit venir avec tes gros sabots carriéristes. Et il se peut qu’il n’apprécie pas (à raison).

Allez, bon appétit. Et profite bien du café gourmand.

Pas encore de commentaire.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *